28th Avr2011

Et si vous produisiez un jeu vidéo?

by Alphajet

Un magnifique logo communisteLes journalistes ou même nous bloggeurs, râlons assez souvent contre les éditeurs qui nous abreuvent de titres formatés, d’adaptations merdiques de films ou de surexploitation de licences. Dans ces cas là, on s’insurge un peu en disant que l’argent dirige tout et tue la créativité, et qu’à leur place on serait certainement mieux placé pour savoir quels jeux seront intéressants, profonds, excellents, et pas seulement bancables… Mais vous n’êtes pas producteur de jeu n‘est ce pas? Et pourtant, c’est ce que vous propose Look At My Game, un nouveau concept lancé depuis Marseille (soyons chauvins, c’est ma contrée).

Look At My Game est donc né de ce constat qui est qu’aujourd’hui, le financement des jeux vidéo reste délicat, et très souvent lié à un gros éditeur qui supporte la charge durant le temps de développement (oui même sous régime pâtes/pizzas, la conception d’un projet coûte cher). Alors depuis quelques années, on observe le retour des développeurs indépendants, qui comme dans les années 80, ne sont pas loin de la programmation dans leur garage avec les moyens du bord. Et pourtant, bien des talentueux studios sont nés de cette ère un peu magique.

Basé sur un concept proche de My Major Company, qui sponsorise des musiciens, LAMG vous permet d’investir le montant que vous désirez sur un des jeux disponibles sur la plateforme. En contrepartie, vous pourrez suivre tout le processus de développement, communiquer avec l’équipe, essayer de promouvoir votre favori, et bien sûr à terme profiter de 70% des revenus collectés par Look At My Game sur le jeu que vous produisez. Je pense que c’est un excellent moyen de sponsoriser des petites équipes, de les motiver mais aussi de permettre la naissance de projets originaux. Et puis ça leur permet de se focaliser sur leur création et moins sur la recherche de financements.

Pour l’instant, la plateforme ne comprend que 3 jeux en cours de développement ; c’est un peu maigre mais quand on voit le succès de MyMajorCompany, on peut espérer une trajectoire aussi croissante. « Ones » est un jeu de plateformes/réflexion dans lequel le personnage doit faire des copies de lui même pour progresser. « Tau Ceti » est une sorte de croisement improbable entre Spore et World of Goo, mêlant RTS et mécanismes physiques. Enfin, « Fantasy Dynasty » rappelle Heroes of Might & Magic et Civilization. Vous pouvez investir à partir de 10€ de manière plutôt symbolique, jusqu’à des centaines d’euros si vous croyez dur comme fer au projet. De plus, les jeux ne se limitent pas au PC, mais peuvent également être proposés sur smartphone ou consoles (XBox Live, PSN, Wiiware…)

Bref, je vous encourage vivement à y jeter un oeil, et à suivre l’évolution de la plateforme et des jeux qui ne manqueront pas de continuer à se développer. Ça n’est pas si souvent qu’une véritable alternative aux mastodontes du jeu se crée, alors on leur souhaite un beau succès!