12th Oct2012

PC Jeux : la vieille école

by Alphajet

2012 : évolution de la presse vidéoludique (Part 3)

Après avoir évalué deux magazines qui ont considérablement évolué cette année, prenons aujourd’hui le contrepied avec PC Jeux. J’ai donc acheté le numéro 174 de Septembre 2012 pour voir où en était cet autre vénérable ancêtre de la presse PC. Pour moi, il représente assez franchement le magazine « à l’ancienne » tel qu’on pouvait le concevoir il y a 10 ans.

La couverture:

Si on ne voit pas le titre en police 150 dans les rayonnages, c’est qu’on a un sérieux besoin d’un rendez vous chez l’ophtalmo! La couverture, à mon humble connaissance, a très peu évolué ces derniers temps. Elle fait la part belle à un titre en particulier qui fait l’actu du moment. Ici, c’est Call of Duty Black Ops 2 qui fait la tête d’affiche et qui occupe 8 pages à l’intérieur.

On note aussi que PC Jeux fournit toujours un jeu gratuit, mais depuis quelques temps il est proposé en téléchargement au lieu de supporter les coûts de pressage du DVD. Une excellente idée, mais… on constate que le prix du magazine ne baisse pas pour autant. Au moins il n’augmente pas. Mais y a-t-il encore un intérêt pour ce genre de bonus? Ici c’est The Secrets of Da Vinci, qui date de début 2006 et a par ailleurs déjà été proposé dans Joystick.

On sent que ce genre d’offres commence à tourner en rond, et qu’il permet aux éditeurs d’écouler de vieilles licences à bas prix et aux magazines de s’offrir un moyen d’appâter le lecteur occasionnel.

Les nouveautés:

Quoi de neuf pour PC Jeux? Il faut déjà rappeler que le magazine fait partie du même groupe que Joystick, Mer7 qui détients tous les principaux titres depuis le début d’année (Consoles+, Jeux Vidéo magazine, …). Mais honnêtement, la seule rubrique qui rappelle qu’on lit des articles de 2012, c’est la rubrique « Deux Point Zéro ».

Elle consiste à évoquer quatre news issues principalement de Twitter… et qui sont donc un poil plus fraiches. Mouais. Encore une fois, ça permet aux non initiés de se faire une idée de ce qui se trame sur les réseaux sociaux, mais c’est tellement survolé sur une seule page que c’est limite sans intérêt.

Le contenu/rubriques:

Le magazine comporte une centaine de pages, avec peu de publicité au final, le tout pour un prix de 6,95€. Mais là où le bât blesse, c’est que toutes les rubriques sont dramatiquement « classiques ». Quelques actualités triées parmi la masse déjà publiée sur le net, des zooms de 2 pages sur certains jeux, des « dossiers », les habituels tests et une rubrique hardware informatique.

Pourquoi pas, après tout il semble qu’il y ait toujours des amateurs. Mais c’est à mon goût beaucoup trop plat. Prenons l’exemple des zooms ou des dossiers. Je veux bien que les images tirées du jeu méritent d’être bien vues, mais je trouve abusé de se retrouver avec 2 pages dont un tout petit quart à peine est couvert de texte. Le fameux dossier CoD Black Ops 2? 8 pages dont les deux premières sont remplies d’une image double page… Au final, on a un très court survol d’un jeu à venir alors qu’il y a de la matière à creuser. Dommage.

Voilà la couverture du numéro 101 de … 2006.

Un autre exemple encore plus triste : le dossier « Dématérialisation : où acheter vos jeux à moindre coût? ». Je m’attendais à trouver un vrai comparatif entre plateformes de téléchargement, une analyse un peu poussée quoi qui permette de sonder le marché actuel. Et je me retrouve avec un artwork de Darksiders 2 en première page (euh où est le rapport?) et un criant constat de l’évidence (noooon, Steam est le leader du marché, désormais talonné par Origin? Incroyable!!!). Les alternatives? Le pigiste évoque Good Old Games, Desura ou Green Man Gaming (que je ne connaissais pas)… où sont les Metaboli, DLGamer?? Aucune analyse des prix moyens? Et quasiment la moitié de l’article consacrée au Cloud Gaming qui n’a rien à voir avec le « où acheter vos jeux à moindre coût » vanté en sous-titre.

Bref, les articles ont tendance à s’éparpiller et à finalement noyer les informations intéressantes dans un marais d’approximations.

Le plus étonnant dans tout ça ? C’est que le rédacteur en chef est l’expérimenté Cyril Dupont, ex PC Team, ex Joystick, et que son équipe est composée quasi-exclusivement des membres de Joystick. Le style plus austère, moins fun, plus succinct et moins précis frappe quand on le compare à son magazine frère.

Hmm…non toujours pas:

Le test de Secret World avec des images expliquant le système de compétences. Hmm, ça ressemble vachement à Diablo ! Ah ben… ce sont les screenshots de Diablo III qui y sont mis par erreur…

Les notations sur 100%. Autant ça me plaisait assez quand j’étais adolescent, autant je trouve ça profondément inutile aujourd’hui de faire autant de différenciation artificielle. Quelle différence entre un jeu noté 82% et un jeu noté 84%? D’ailleurs, ce système de notation est affecté du terrible « syndrome du 50% » qui veut que quasiment tous les jeux se retrouvent notés au dessus de 50%. Et oui, ce système rend tout testeur trop tendre et mielleux. Honnêtement? Un mauvais jeu ne mérite pas la moyenne tout simplement, ce qu’on observe beaucoup mieux sur une échelle sur 5, 10 ou 20 points.

Verdict:

C’est typiquement le genre de magazine qui ne m’intéresse plus du tout aujourd’hui. Encéphalogramme plat côté nouveautés, plat comme le magazine lui-même d’ailleurs qui doit peiner à financer ses pages et son jeu gratuit. Alors que les sites internet voient eux, leur popularité continuer de grandir, PC Jeux parait sortir d’une autre époque et se destine à mon avis aux nostalgiques de ce titre « vintage » de la presse vidéoludique.

13th Août2012

JeuxVidéo Magazine 2.0

by Alphajet

2012 : évolution de la presse vidéoludique (part 1)

Moi qui me plaignait d’un certain marasme dans la presse jeux vidéo l’année dernière, cette année aura marqué des changements conséquents. Pour commencer, passons JeuxVidéo Magazine au crible, entre l’ancienne formule et la nouvelle initiée en Juin 2012. Même si je ne suis pas un lecteur assidu de ce mag, je pense le connaitre assez bien pour en toucher quelques mots. Alors quoi de neuf, est ce que c’était mieux avant, ou pas?

La couverture:

Définitivement plus moderne, la nouvelle couverture s’améliore tout en restant dans la continuité : disposition à peu près similaire, palette de couleurs proche (le logo rouge dans le coin supérieur, encadrés sur fond blanc à gauche et bandeau jaune en bas), on sent que la rédaction a voulu évoluer sans trop perturber les habitudes de ses lecteurs. En gros si vous cherchez votre mag en rayonnage, vous ne devriez pas avoir trop de mal à le trouver!

La couv’ s’inscrit aussi tout à fait dans l’esprit « Web » que le magazine tente de se donner comme on le verra plus loin.

Les nouveautés:

Elles se concentrent sur les liens qui se font avec le site Internet ex-JVN / nouveau www.jeuxvideomagazine.com. Ainsi, on trouve le Top 10 des commentaires de la communauté, les tweets sélectionnés par la rédaction, un résultat de sondage, des questions/réponses… Bref, le magazine essaie de tisser un lien plus fort avec ses lecteurs par le biais d’internet, et ça n’est pas plus mal aujourd’hui.

Certaines interactions sont plutôt bien trouvées, comme les réactions à émissions publiées sur le site : un QR code permet d’accéder à la vidéo et de se faire son idée, et la confronter à celle des commentaires retenus dans cette rubrique.

Ces QR codes se retrouvent d’ailleurs dans de nombreux articles du mag’, la plupart du temps pour retrouver une interview ou un avis en vidéo lié à la prose couchée sur papier.

On peut voir ici le QR code qui permet effectivement d’obtenir plus de contenu autour de l’article

Les rubriques / contenu:

Côté rubriques, pas d’énorme chamboulement, la base reste la même. Les actus, les previews, les tests que ce soit sur console, PC ou mobile, et la petite rubrique « achats ». La place réservée au tests est parfois même condensée à une petite demi page, ce qui ne permet clairement pas d’approfondir le sujet. Mais ça, c’était déjà le cas avant.

D’après moi ce qui fait vraiment la différence, ce sont les dossiers. Malgré des sujets intéressants, je les trouvais souvent trop superficiels, évasifs. Le dernier mag’ spécial été consacre un grand nombre de pages à traiter des sujets d’une façon plus intéressante. Le plus flagrant concerne certaines news qui sont vraiment discutées, analysées, et non pas juste l’annonce de Crysis 25 déjà faite un mois plus tôt sur le net.

Exemple avec l’article sur Ubisoft,  le « jeu vidéo autrement » ou encore le décryptage sur « la musique dans le jeu vidéo », sujet rarement traité et bien sympathique à lire. Bref, enfin, ENFIN un peu de fond dans JeuxVidéo magazine, que j’avais trop souvent assimilé au Voici de la presse vidéoludique tant sa superficialité me frappait parfois.

Hmm… non toujours pas mieux:

Deux rubriques toujours au programme, mais qui ne m’ont jamais convaincu.

Le « Up and Down » ou comment caser 4 mini infos sur une échelle sans intérêt.

Et « l’analyse d’image ». Je vais être mesquin, mais autant l’idée était intéressante, autant la mise en œuvre est pourrave. Analyse en 3 points? Souvent les points n’ont rien à voir avec ce qui est présenté sur l’image, donc pour moi c’est inutile!

A part ça, pas d’autres gros mollards pour assaisonner cette nouvelle soupe 🙂

Le verdict:

Objectivement, JeuxVideo Magazine évolue dans le bon sens avec cette nouvelle formule. Look plus moderne, résolument tourné vers l’interactivité, et surtout du contenu plus étoffé avec des dossiers qui sortent enfin un peu de l’ordinaire.

Maintenant pour moi, il s’agit plus d’une évolution que d’une révolution. Et je ne sais trop dire si l’omniprésence des QR codes apportera un vrai plus ou non.  Mais l’évolution me semble en tout cas suffisante pour relancer l’intérêt du magazine le moins cher du marché.