09th Nov2012

Mort7

by Alphajet

Réaction à chaud ce soir après l’annonce du placement en liquidation judiciaire du groupe Mer7, société éditrice de nombreux magazines de jeu vidéo et d’informatique en général, qui comprennent papy Joystick, Jeuxvideo Magazine, ou encore Consoles+, sans parler de feu Joypad. A ce jour, il est difficile de savoir si tous ces titres retrouveront une maison d’édition, ou bien s’ils disparaitront tout simplement des kiosques à journaux à tout jamais.

Alors, j’ai déjà vu des gens réagir en écrivant « de toute façon, qui les lisait encore?« . Moi entre autres, mais certes la question mérite d’être posée. S’ils en sont là aujourd’hui, c’est en partie car dans un marché de technophiles avertis, le papier apparait parfois comme désuet, hors du temps face à une armada de sites et de blogs qui « flashnewsent » plus vite que leur ombre. Clairement, l’émergence des actualités en ligne a porté un gros coup aux magazines, quand ils accusent un mois voire parfois deux de retard pour tester un jeu vidéo. C’est forcément rédhibitoire pour beaucoup qui n’iront pas payer 3 à 7€ un magazine pour avoir un article pas si éloigné de ce qu’ils ont déjà lu sur internet.

Dans ma série d’articles de cet été, j’ai également soulevé les grosses difficultés qu’avaient certains magazines à se renouveler, à réécrire une nouvelle histoire pour survivre. Mais c’est un peu la débâcle françaises de 1940: trop peu de nouveautés sont arrivées trop tard… C’était pourtant à mon avis un des rares moyens de survivre puisque tenter de concurrencer la presse internet sur les mêmes contenus était perdu d’avance.

Mais à tous ceux qui restent de marbre face à cette annonce, j’aimerais leur rappeler que les Joy’ et consorts font partie à tout jamais de l’Histoire du jeu vidéo. Si ce média en est là où il est en France, c’est pour une petite partie grâce à ces passionnés qui pendant des années ont su décortiquer des centaines de titres, des sombres étrons aux merveilles qui ont jalonné notre enfance/adolescence/et plus si affinités. Il est aussi important de rappeler que bon nombre des testeurs, journalistes ou ménestrels qui officient aujourd’hui sur les sites les plus connus ont fait leurs armes dans ces rédactions de magazines pendant longtemps. Et que sans ces bandes de joyeux drilles au ton souvent décalé voire loufoque, et ben il n’y aurait peut être pas sur internet ce regard côté plaisir et fun qui prime avant tout, et tous ces blogs qui ont poussé comme des champignons. C’est un peu leur flamme qui s’est transmise chez tous ces gens et qui s’éteint aujourd’hui.

Certainement que je ne serais pas là à vous écrire si dans les années 90, je n’épluchais pas chaque page de mes magazines en me disant que … »Bordel, ils font un des plus beaux métiers du monde quand même! ». Malheureusement peut être pas suffisamment rémunérateur et gratifiant pour qu’il survive à 2012.

13th Août2012

JeuxVidéo Magazine 2.0

by Alphajet

2012 : évolution de la presse vidéoludique (part 1)

Moi qui me plaignait d’un certain marasme dans la presse jeux vidéo l’année dernière, cette année aura marqué des changements conséquents. Pour commencer, passons JeuxVidéo Magazine au crible, entre l’ancienne formule et la nouvelle initiée en Juin 2012. Même si je ne suis pas un lecteur assidu de ce mag, je pense le connaitre assez bien pour en toucher quelques mots. Alors quoi de neuf, est ce que c’était mieux avant, ou pas?

La couverture:

Définitivement plus moderne, la nouvelle couverture s’améliore tout en restant dans la continuité : disposition à peu près similaire, palette de couleurs proche (le logo rouge dans le coin supérieur, encadrés sur fond blanc à gauche et bandeau jaune en bas), on sent que la rédaction a voulu évoluer sans trop perturber les habitudes de ses lecteurs. En gros si vous cherchez votre mag en rayonnage, vous ne devriez pas avoir trop de mal à le trouver!

La couv’ s’inscrit aussi tout à fait dans l’esprit « Web » que le magazine tente de se donner comme on le verra plus loin.

Les nouveautés:

Elles se concentrent sur les liens qui se font avec le site Internet ex-JVN / nouveau www.jeuxvideomagazine.com. Ainsi, on trouve le Top 10 des commentaires de la communauté, les tweets sélectionnés par la rédaction, un résultat de sondage, des questions/réponses… Bref, le magazine essaie de tisser un lien plus fort avec ses lecteurs par le biais d’internet, et ça n’est pas plus mal aujourd’hui.

Certaines interactions sont plutôt bien trouvées, comme les réactions à émissions publiées sur le site : un QR code permet d’accéder à la vidéo et de se faire son idée, et la confronter à celle des commentaires retenus dans cette rubrique.

Ces QR codes se retrouvent d’ailleurs dans de nombreux articles du mag’, la plupart du temps pour retrouver une interview ou un avis en vidéo lié à la prose couchée sur papier.

On peut voir ici le QR code qui permet effectivement d’obtenir plus de contenu autour de l’article

Les rubriques / contenu:

Côté rubriques, pas d’énorme chamboulement, la base reste la même. Les actus, les previews, les tests que ce soit sur console, PC ou mobile, et la petite rubrique « achats ». La place réservée au tests est parfois même condensée à une petite demi page, ce qui ne permet clairement pas d’approfondir le sujet. Mais ça, c’était déjà le cas avant.

D’après moi ce qui fait vraiment la différence, ce sont les dossiers. Malgré des sujets intéressants, je les trouvais souvent trop superficiels, évasifs. Le dernier mag’ spécial été consacre un grand nombre de pages à traiter des sujets d’une façon plus intéressante. Le plus flagrant concerne certaines news qui sont vraiment discutées, analysées, et non pas juste l’annonce de Crysis 25 déjà faite un mois plus tôt sur le net.

Exemple avec l’article sur Ubisoft,  le « jeu vidéo autrement » ou encore le décryptage sur « la musique dans le jeu vidéo », sujet rarement traité et bien sympathique à lire. Bref, enfin, ENFIN un peu de fond dans JeuxVidéo magazine, que j’avais trop souvent assimilé au Voici de la presse vidéoludique tant sa superficialité me frappait parfois.

Hmm… non toujours pas mieux:

Deux rubriques toujours au programme, mais qui ne m’ont jamais convaincu.

Le « Up and Down » ou comment caser 4 mini infos sur une échelle sans intérêt.

Et « l’analyse d’image ». Je vais être mesquin, mais autant l’idée était intéressante, autant la mise en œuvre est pourrave. Analyse en 3 points? Souvent les points n’ont rien à voir avec ce qui est présenté sur l’image, donc pour moi c’est inutile!

A part ça, pas d’autres gros mollards pour assaisonner cette nouvelle soupe 🙂

Le verdict:

Objectivement, JeuxVideo Magazine évolue dans le bon sens avec cette nouvelle formule. Look plus moderne, résolument tourné vers l’interactivité, et surtout du contenu plus étoffé avec des dossiers qui sortent enfin un peu de l’ordinaire.

Maintenant pour moi, il s’agit plus d’une évolution que d’une révolution. Et je ne sais trop dire si l’omniprésence des QR codes apportera un vrai plus ou non.  Mais l’évolution me semble en tout cas suffisante pour relancer l’intérêt du magazine le moins cher du marché.