04th Oct2011

Une heure sur… Battlefield 3 Beta

by Alphajet

Les joies de la beta ! Espérons que ce genre de mise à jour se fasse plus rare avec la version commerciale

Etant donné que je me suis résolu à installer Origin, autant en profiter pour essayer la Beta ouverte de Battlefield 3, disponible en libre téléchargement jusqu’au 10 Octobre. Pendant que les quelques Go se téléchargent tranquillement, quelques infos sur cette beta. Il faut savoir qu’elle est uniquement multijoueur et ne propose qu’une seule map, « Opération Métro » qui se passe dans un Paris un brin dévasté. On peut y jouer jusqu’à 32 joueurs sur PC et 24 sur console (même si des petits malins ont voulu contourner les règles). Pas de mal pour trouver un serveur occupé, il y a déjà des milliers de joueurs qui se canardent, preuve s’il en fallait encore une que le jeu est très très attendu.

 

C’est plutôt une bonne idée de la part de DICE d’avoir voulu faire une première couche de tests en Open Beta, qui devrait permettre de peaufiner considérablement le jeu d’ici sa sortie. Revenons à Origin: jeu téléchargé? OK. Je lance le jeu, et il m’ouvre une page internet… qu’il est impossible d’atteindre. Je réessaie plusieurs fois avant de comprendre qu’il essaie de se logger sur Battlelog. J’utilise donc Google mon ami pour l’atteindre et j’arrive sur ce magnifique écran de mise à jour. — Musique d’ascenseur — De retour une heure plus tard, je me rends compte que pour lancer le jeu, il faut installer un plugin Origin dans son navigateur Web, pour enfin pouvoir lancer le jeu depuis le Battlelog. Euh, les gars, c’est pas un peu compliqué votre truc là?

Comme je n'ai pas eu le temps de faire de screenshot de mes parties, vous aurez un bel aperçu de mes stats pourries 🙂

Bon j’imagine que c’est prévu pour centraliser tout sur une même page, peut être pour sécuriser les connexions aux serveurs aussi, mais j’aurais cru qu’Origin (indispensable pour lancer le jeu) suffirait! Bon du coup je parle en deux mots de Battlelog qui est une sorte de Facebook du combattant. Chaque nouvel achievement et vos statistiques complètes se mettront automatiquement à jour sur cet espace. Bon et le jeu alors? Je vais commencer par l’unique map, assez sympathique et qui donne une bonne impression d’ouverture dans la partie extérieure. La partie souterraine , dans le métro parisien, est plus linéaire (en même temps, c’est souvent le cas dans le métro), mais offre quand même plusieurs passages. Côté visuel, ça flatte l’oeil, les modèles de personnage sont détaillés, et l’environnement assez crédible et suffisamment varié. Côté ambiance sonore, ça alterne entre du bon (explosions) et du moins bon (certains sons d’armes manquent de pêche je trouve)

Mais pour le reste, BF3 promet-il d’être un investissement viable pour des parties occasionnelles? Et bien pour l’instant je suis partagé. Le gameplay est je pense assez définitif, et assez réaliste comme dans tout bon Battlefield qui se respecte. Mais je pense qu’il faudra pas mal d’investissement pour en profiter. Pour suivre la tendance amorcée dès Battelfield 2, les parties jouées feront gagner des points, qui procureront au fur et à mesure de nouveaux grades, armes et objets. Alors malgré mon départ de zéro et mon M16 de base, j’ai parfois réussi à faire de beaux cartons, mais un joueur occasionnel pourra-t-il rivaliser à terme avec des joueurs assidus armés comme Schwarzenegger? De plus, je n’ai pas encore capté si être chef d’une escouade de 4 joueurs sert à quelque chose, et si on peut donner des ordres ou des objectifs. Bref, au bout d’une heure, on appréhende un gameplay assez touffu, qui encourage le travail d’équipe (on récompense les tirs de suppression ou le fait de permettre à autres joueurs de l’équipe de respawner à côté de soi); mais à l’inverse d’un Team Fortress 2, je dirais qu’il est possible qu’un risque de déséquilibre se crée entre joueurs réguliers et occasionnels.

Réponse le 27 Octobre… enfin si vous me l’offrez ! 😉

21st Sep2011

A l’Origin du mal

by Alphajet

On dirait pas une scie circulaire leur logo là?

Vous savez tout le « bien » que je pense de la multiplications des plateformes de téléchargement sur PC … Non? Pour ceux qui l’auraient ratée, je vous invite à lire mon opinion. Mais pour faire court, je pense que c’est un non-sens pour la sauvegarde du PC comme plateforme de jeu, face à la concurrence des consoles. Mais même si Steam a ma préférence car c’est le pionnier, le plus complet mais aussi le plus expérimenté, il ne faut pas cracher dans la soupe avant de l’avoir goutée! Petit tour d’horizon d’Origin, la plateforme d’Electronic Arts.

Bon d’entrée, EA l’a jouée un peu bourrin en migrant sans avertissement tous les comptes utilisateurs EA (genre mon compte sur Command & Conquer) en comptes Origin. Ça n’est pas si grave que ça au final, mais il aurait été moins agressif commercialement parlant de poser la question au joueur. Parce que là, ça ressemble clairement à une méthode très rapide et facile pour EA de revendiquer 4 millions d’adeptes sur sa nouvelle plateforme!! Pour compenser et nous convaincre d’utiliser Origin, l’éditeur nous propose généreusement de choisir une vingtaine de jeux « bradés » à 4,99€ (cherchez plus, c’était jusqu’à hier). Plutôt sympa, même si cette liste est plutôt composée de vieilles gloires (SimCity 4), quelques jeux très moyens (les 2 Need For Speed parmi les plus pourris de la série), et pas mal que j’avais déjà. J’ai donc porté mon dévolu sur Spore, histoire de le découvrir avec la plateforme.

Avant d’installer le logiciel, lisons un peu les conditions d’utilisation. Comme sur Steam, chaque licence acquise est strictement personnelle et liée au compte utilisateur. Pas de possibilité de revente donc. On doit également accepter qu’EA collecte des données sur notre matériel en vue de mises à jour, et que ces dernières se fassent automatiquement. Là aussi Steam fait de même. EA nous assure également ne pas vendre nos informations personnelles à des tiers: y’a intérêt! Originalité, j’apprends que la plateforme est disponible sur les mobiles, pas mal comme idée, surtout vu qu’EA vient de racheter PopCap Studios auteur notamment du hit Plants VS Zombies. Ahh j’arrive au point 7, où on apprend que si EA cesse le support d’Origin, on perdra tout simplement le droit d’utiliser nos jeux achetés sur la plateforme… Et qui dit multiplication de la concurrence dit des gagnants et des perdants. Je crains que dans les années à venir on ait malheureusement à se confronter à ce genre de cas.

Bon allez, j’accepte, de toute façon j’ai pas le choix si je veux tester pour vous! Connexion… OK. Faut choisir un avatar parmi une liste prédéfinie issue de jeux EA, dommage qu’on ne puisse pas en créer un. On gère ensuite les options de confidentialité, avec la possibilité ou non d’ajouter son nom réel ou encore d’être recherché sur Origin via son profil Facebook, XBox live, ou son email.

Fight!

L’interface se lance enfin et je remarque qu’elle est apparemment toujours en bêta. Très simple et épurée, elle est pour l’instant assez vide : la boutique est strictement limitée à des produits EA : Dragon Age, Mass Effect, Need For Speed, FIFA, Battlefield, Medal of HonorLes Sims! Par contre, bonne nouvelle, Battlefield Bad Company 2 que j’avais acheté via EA Download Manager il y a plus d’un an est immédiatement récupéré et transféré sur mon compte Origin. Là j’applaudis. Par ailleurs, la vitesse de téléchargement est similaire à celle de Steam sur ma connexion (825Ko/s), pas de problème apparent de stabilité.

Electronic Arts semble donc avoir correctement dimensionné ses ressources matérielles pour gérer sa plateforme. Reste à savoir si elle saura durablement séduire des utilisateurs choyés par Valve. Par exemple, Origin propose déjà quelques promotions, mais rien de bien transcendant et quand Steam propose souvent -10% en pré-commande sur des jeux neufs, on se retrouve ici avec Battlefield 3 à 60€… Je trouve ça vraiment excessif pour du dématérialisé, alors qu’on ne sait pas encore quelle sera la pérennité d’Origin. Pour l’instant, je ne suis pas séduit par une plateforme qui ne fait que copier Steam en moins bien.