02nd Sep2011

Les soirées de l’Ambassadeur sont toujours réussies!

by Alphajet

25 ans plus tard, on achète une console neuve pour jouer au même jeu!

Et voilà, la première fournée de jeux du programme ambassadeur est arrivée. Uniquement des jeux NES pour l’instant, en attendant la cargaison de titres GBA. J’ai tenté le téléchargement le 1er septembre, premier jour de disponibilité pour tester la capacité des serveurs de Nintendo à tenir la charge. Première chose, la procédure à suivre est clairement décrite dans l’eShop, un bon point! Et pour la disponibilité des téléchargements, aucun problème. Bon après il faut relativiser, les jeux de l’époque ne faisaient que quelques dizaines de Ko mais bon, j’imagine qu’il y a tout l’enrobage de l’émulation maintenant.

En plus de la dizaine de jeux téléchargeables, on peut également récupérer notre « certificat d’Ambassadeur Nintendo » qui nous donne accès à … des annonces exclusivement réservées aux ambassadeurs. Ouaah! Bon, c’est toujours là pour flatter un peu l’égo du gars qui a payé sa console au moins 50€ trop cher. Mais je doute que la compagnie fasse beaucoup d’efforts de ce côté là une fois 2011 terminée. C’est quand même assez comique de se rendre compte que ce certificat pèse à lui seul près de 5 jeux NES 🙂

Alors premier bilan? Bah les jeux fonctionnent très bien, c’est à minima ce qu’on leur demande! Après dommage qu’il ne s’agisse que d’une émulation brute. Pas d’adaptation en 3D, et surtout … pas de sauvegarde! Donc on joue en mode NES, à l’ancienne comme des sauvages, mais c’est quand même pas des masses pratique au 21e siècle. Surtout sur une console qui n’a pas trop vocation à être utilisée des heures d’affilée. Donc après avoir remis les mains sur Super Mario Bros, ça m’a fait tout drôle de retrouver ce gameplay précis au poil de couille près, et mes 3 vies de départ ont très vite disparu! Ah ouais ça se passait vraiment comme ça quand on était gosse, c’est pour ça que les jeux nous paraissent simples aujourd’hui!

Mais le pire reste à venir… Quand j’aurais le courage d’affronter le jeu qui pourrait encore aujourd’hui me faire avoir des cauchemars : Zelda II The Adventure of Link! Je n’ai jamais passé le premier boss, ce cheval blanc bipède doté d’une masse d’armes. Je te hais, je te hais, je te hais!