16th Fév2017

1 heure sur Rayman Adventures

by Alphajet

La dernière fois que j’ai goûté à Rayman, c’était sur l’opus Origins en 2012. A cette époque, j’avais fait une partie en coop très convaincante avec mon vieil acolyte Torment – pour la petite histoire, on n’avait alors pas réussi à terminer le jeu à l’occasion d’un week end et j’ai perdu ma sauvegarde plus tard lors du transfert de mes données vers la Wii U, à mon grand désarroi. Enfin grand désarroi, pendant au moins cinq minutes, après j’en ai fait le deuil.

Rayman, c’est avant tout pour moi le souvenir de ce grand jeu de 1996, beaucoup trop difficile pour son look enfantin, qui proposait des niveaux variés, une très bonne jouabilité et des boss coriaces. Bref, les ingrédients d’un bon plateformer. Origins avait su renouveler la licence en 2D avec brio et je n’ai pas pu m’essayer au Legends, que j’imagine tout aussi bon. Bref, lorsque j’ai voulu étrenner ma nVidia Shield K1 (j’en reparlerai…) sur un jeu, je suis tombé un peu par hasard sur ce Rayman Adventures, qui utilise le même Framework UbiArt, l’assurance d’avoir au moins visuellement un titre sympa et fluide.

Je ne suis pas un grand adepte du jeu sur mobile/tablette. Non pas que je trouve ça mineur ou secondaire comme plateforme de jeu, mais sans trop arriver à l’expliquer, je n’ai pas d’affinité forte avec les jeux qu’on y trouve majoritairement. A savoir une horde de Free to Play dont les Clash Of et autres Candy Tralala Saga en sont la figure de proue. En lançant Rayman Adventures, j’avais donc une certaine appréhension à l’idée de pouvoir jouer 10 minutes avant de devoir échanger des gemmes contre des pièces d’or contre des euros pour gagner du temps de jeu.

Pourtant, ce Rayman, sorti il y a deux ans ne cède pas trop à ce genre de pratiques, laissant quand même pas mal de latitude pour s’amuser sans appuyer sur le bouton carte bleue. Evidemment, il y a toujours quelques bonnes incitations à passer par la boutique, ou à regarder quelques pubs à défaut, mais ça n’est pas trop envahissant. En fait ce qui m’intéressait, c’était de voir ce que valait un bon « runner » puisque c’est le style de ce jeu, sur tablette. J’aime bien les jeux de plateforme en général, même si je ne me considère absolument pas comme un bon joueur de ce genre. Les runners en sont l’émanation tactile, simplifiant le concept de précision, dextérité et timing par … une gestion du timing tout court, qui s’accommode bien aux écrans tactiles.

Chacune des petites bestioles qui nous accompagne permet d’aider à parcourir le niveau avec certains avantages

Cela dit, Rayman Adventures pousse un peu plus loin le concept en associant les swipes (balayage latéral ou vertical) à des attaques et en permettant le changement de direction, au lieu de simplement permettre d’éviter des obstacles. Il en résulte un jeu plutôt sympa et pas très complexe à prendre en main, un atout essentiel pour un Free to Play qui implique une immédiateté nécessaire pour le joueur « mobile ». Pourtant je trouve parfois que le jeu ne répond pas idéalement, bien que ça soit à mon goût le problème de tous les jeux tactiles qui n’offrent pas la réactivité nécessaire comparé à un jeu console plus classique. Cela dit, la Shield K1 est compatible avec le gamepad nVidia qui améliore peut être considérablement les choses, mais ce n’est pas le cas de toutes les plateformes sur lesquelles le jeu est disponible.

Bref, ce Rayman se trouve être un divertissement très mignon, fluide mais qui se coltine les défauts habituels des Free to Play : passé un certain temps de jeu, il faut désormais attendre avant de pouvoir enchaîner les aventures – souvent assez courtes – que chaque œuf qui marque la fin d’une série de niveau éclose. Pour le faire éclore c’est 30 minutes d’attente (au début du jeu en tout cas!), mais des élixirs peuvent évidemment accélérer le processus, ou l’améliorer, élixirs qu’on peut rarement trouver dans le jeu mais bien évidemment toujours disponibles dans la boutique. Le jeu propose un challenge intéressant quand il s’agit de finir les niveaux avec le score maximum, donc l’équilibre semble être là, mais j’ai des doutes sur le fait qu’il y ait beaucoup de renouvellement. Sur le long terme, ce n’est pas un jeu que je poursuivrai longtemps, je ne suis pas vraiment le bon profil cible. Si vous avez du temps dans les transports en commun, c’est peut être le cas pour vous !

Crédit image : frandroid

09th Fév2012

World of iPad

by Alphajet

World of Warcraft ça aurait aussi de la gueule sur tablette non?

Vous le savez, sur Casual Hardcore Gamer, on parle rarement de MMO. Pourquoi? Bien évidemment car c’est un type de jeu trop exigeant en temps. D’autant plus pour un non-habitué, il faut passer des heures et des heures pour maitriser son personnage. A l’inverse, on parle beaucoup des tablettes aujourd’hui et a fortiori de l’iPad, produit phare de Noël, leur puissance qui rivalise avec consoles et PC… Le lien entre tout ça? C’est la simplicité de leur interface.

Je suis convaincu qu’aujourd’hui, les tablettes n’ont pas encore trouvé leur rythme de croisière concernant le prix des applications, ou les genre de jeux proposés. Un peu normal pour un produit qui n’existait pas encore il y a 3 ans. Comme je le disais il y a quelques temps, je crois qu’elles ont un vrai potentiel ludique encore non exploité, par exemple dans le point&click ou le jeu de stratégie. Et à l’heure où les jeux vendus à 3€ posent toujours la question de leur rentabilité, les éditeurs cherchent toujours de nouveaux moyens pour générer des revenus. Et bien je pense au MMO sur tablette.

Au début, j’avoue que je n’y croyais absolument pas, ça me paraissait complètement en décalage. Mais les années passent et les tablettes s’installent durablement dans notre paysage technologique. Et des MMORPG déjà leur épingle du jeu, à l’image de Order and Chaos online de notre très français Gameloft, sorti l’année dernière. Autant je trouve que l’interface est plus difficile à adapter efficacement sur console, autant ça me parait maintenant plus simple sur iOS ou Android avec un écran multitouch. Finalement, à quoi servent le clavier et la souris de votre PC dans ce type de jeu? Quasi exclusivement à cibler des et lancer des attaques/sorts sans interruption.

Bref des fonctions comme la barre de raccourcis de sorts, ou le qui se prêtent bien volontiers à des tapotements au doigt, même sur des écrans 10 pouces. Alors peut être pas non plus avec le même confort, mais de mon point de vue, beaucoup de joueurs de MMO passent plus de temps à chatter qu’à tuer des méchants. Chose qui est aussi faisable avec le clavier virtuel. Et côté matériel, l’arrivée du Tegra 2 et 3 ouvrent de nouvelles perspectives, pouvant gérer sans problème les graphismes allégés d’un MMO. Et surtout, financièrement les joueurs seraient peut être plus enclins à payer un abonnement de 2 à 4€ par mois que les 12 ou 13€ plus courants sur PC.

31st Jan2012

Steam mobile en action

by Alphajet

Désormais disponible sur Android et iOS... pour peu que vous ayiez votre pass!

Depuis quelques mois, j’essayais de trouver une application Steam pour mon mobile qui tienne la route. Après avoir testé Steam Companion, j’avais fini pas trouvé Steam for Android, qui est plutôt réussie. Mais il faut dire que Valve n’a laissé aucun moyen aux développeurs de créer une application qui s’interface complètement avec tous les modules de la plateforme. Du coup, toutes se basent sur un accès à Steam Community, et permettent de voir les amis connectés, les groupes, et les promotions en cours, et c’est tout.

Et pourtant, j’ai subi il y a un moment la terrible expérience d’essayer d’acheter un jeu sur la plateforme à partir de mon mobile, en me connectant directement au site. Autant le dire tout de suite, ça a été catastrophique, remplir les champs était un vrai calvaire. Voilà aussi pourquoi j’attendais une véritable adaptation.

La semaine dernière, Valve a finalement lancé SON Steam mobile… de manière assez bizarre. En effet, c’est actuellement une beta fermée, et il faut tenter une connexion, puis attendre de recevoir plus d’infos. Et finalement c’est dimanche que j’ai eu mon pass beta via Steam (dans les objets). Du coup, je ne sais pas si tous ceux qui font la demande y ont accès ou si j’ai simplement eu de la chance, mais toujours est il que ça marche pour moi. Alors, verdict?

Honnêtement, c’est réussi. La très grande majorité des possibilités présentes sur PC, Mac ou PS3 se retrouvent ici. On peut consulter le catalogue (et évidemment les offres promotionnelles en cours!), l’activité des amis… tout ça de façon très efficace avec une interface qui mélange ce qu’on connait déjà et l’application Facebook pour Android. Mais les principaux apports concernent la possibilité d’acheter directement via l’application en quelques clics, et le chat intégré.

Les discussions ressemblent fortement aux conversations de SMS sous iOS, et je me suis surpris à chatter avec Torment sans que ça soit pénible. Bon, il subsiste quelques bugs et quelques manques comme visualiser ses captures d’écran ou encore la liste des achievements, mais il y a plus que l’essentiel pour profiter de Steam partout où il y a une connexion 3G!

24th Juin2011

Tablettes : hardcore ou casual gaming?

by Alphajet

Le flipper est un concept viable sur iPad (même sans accessoires...)

Depuis quelques mois, les éditeurs de jeux vidéo s’insurgent contre la montée en puissance des tablettes. Bon, personnellement, je n’ai pas (encore) d’affection particulière pour les tablettes, ceci dit elles se démocratisent de plus en plus… tout simplement parce qu’elles se vendent bien, leur polyvalence aidant un peu, le marketing énormément. Apple très largement en tête, les tablettes Android essaient de grignoter un marché en plein croissance et qui inclut également « l’app-model » : des applications peu chères voire gratuites qui se consomment comme du snack-software.

Alors évidemment, des succès comme Doodle Jump ou Angry Birds (d’abord sur smartphone, puis portés sur tablette) font beaucoup de jaloux. Évidemment certains éditeurs de jeux vidéo « classiques » ont cru pouvoir prendre leur part du gâteau… Et aujourd’hui ils se plaignent que le prix des jeux sur plateforme mobile en général est trop faible, et que ce modèle n’est pas viable. Pas viable… pour eux! Bien que je comprenne la logique financière, je suis consterné de les voir tenter d’imposer un modèle à la place d’un autre quand l’intérêt n’est pas le même. Je m’explique : si vous achetez une belle BMW, vous savez que vous partirez en week end avec et que ses sièges en cuir sont chauds et confortables. Bon, par contre, vous vous prenez aussi un scooter 125 pour vos trajets dodo/boulot histoire de pas passer la vie des rats dans les embouteillages. Mais en contrepartie, vous ne vous plaignez pas de prendre l’eau sur le scoot’, ça fait partie du jeu !

Essayer d’imposer des jeux très typés « gamer » entre 20€ et 40€ sur tablette, c’est un peu exiger le mouton à 5 pattes, pour lequel je doute qu’il y ait une réelle demande. Dans la masse des gens qui jouent sur tablette, et a fortiori sur smartphone, on sait pertinemment que la plupart le font dans le métro, dans la salle d’attente du médecin : pour tuer 10 minutes quoi ! Une utilisation radicalement différente d’une session de jeu dans votre canapé devant votre TV 42″. D’une part, on cherche le plaisir immédiat, un gameplay direct avec des contrôles simples qui permette d’accrocher immédiatement . D’autre part, on va plus rechercher un plaisir type cinéma : dans un créneau d’une à 3 heures, l’intérêt est de plonger dans un univers, et d’y trouver des mécanismes plus aboutis.

Un jeu comme Plants vs Zombies par exemple s’adapte parfaitement au format tablette. C’est un tower defense, donc avec une mécanique simple qui tire très bien parti de l’écran tactile, et sa taille lui donne un excellent confort. Pour finir, les parties sont courtes et demandent plus de réflexe qu’une grosse concentration. Vendre ce jeu à 30€ sur iPad a autant de sens qu’essayer de faire une adaptation d’Assassin’s Creed sur tablette, car à l’inverse le jeu d’Ubisoft y serait impraticable en l’état. Pour moi les joueurs n’ont vraiment pas les mêmes motivations lorsqu’ils jouent sur une plateforme ou une autre. De même qu’il serait totalement disproportionné de parler de remplacement des consoles portables par des tablettes. Donc pour revenir au problème initiale, messieurs Nintendo, Sony, Microsoft, EA, Activision, etc, continuez VOTRE travail et laissez les tablettes à PopCap, Zynga et autres spécialistes de ces développements. Ou alors, repensez la façon de concevoir ces jeux!

Facebook a ouvert une brèche entre ces deux mondes avec des tentatives comme Civilization Network par exemple. C’est une des voies envisageables pour des développeurs. Mais à mon avis, faire du God of War sur tablette est juste inutile.