26th Nov2012

Wii U la mal nommée

by Alphajet

La campagne publicitaire de Nintendo pour lancer sa nouvelle console en Europe a commencé assez tard, ce qui n’a pas manqué de surprendre beaucoup de monde. C’est donc depuis moins d’un mois, parmi le gavage crânien monumental mais désormais habituel de la période pré-Noëlique, que tout un chacun découvre le nouveau bébé d’un blanc immaculé (ou d’un noir poussiérigène au choix). Ce qui ne m’avait pas frappé au début, c’est mon entourage qui me l’a fait sauter aux yeux.

Je me suis rendu compte que Nintendo avait fait la même « erreur » pour ses deux dernières consoles en date, cette Wii U donc et la 3DS. Comme d’habitude depuis la Wii, les différentes pubs mettent tout particulièrement le joueur en scène, la convivialité des séquences de jeu à plusieurs, et les nouveautés de gameplay que permet le gamepad avec son écran. D’ailleurs, soit dit en passant, l’originalité du gameplay asymétrique n’est pas réellement bien expliquée dans les spots TV. En tout cas, je suis à peu près certain que la plupart des parents qui vont se poser la question d’acheter la console pour une livraison sous le sapin n’ont pas complètement saisi le concept.

Comme à l’E3, c’est plutôt Zombie U qui tire son épingle du jeu, alors que les passages sur NintendoLand ou New Super Mario Bros Wii U restent finalement trop classiques. Honnêtement, le coup d’avoir un deuxième joueur qui crée des plateformes pour le premier, ça me rappelle vaguement l’inintérêt de jouer à Super Mario Galaxy à deux pour collecter des fragments d’étoile. Et ce manque de clarté… il est juste sublimé par le choix d’un nom passablement mal choisi. En voulant innover tout en conservant un héritage de l’immense succès de la Wii (qui faut-il le rappeler est la plus vendue de la génération actuelle), Nintendo a choisi de conserver « une marque »: Wii.

Or, c’est un choix à double tranchant, car cet héritage est lourd de conséquences. J’étais surpris au début quand mes ami(e)s m’ont demandé ce qu’était la Wii U. Un truc qui se branche sur la Wii? Une sorte de mise à jour? Une tablette pour la Wii ? Est-ce qu’on peut garder sa console? Loin d’être naïves, ces questions prouvent qu’à force de mettre en avant telle ou telle fonctionnalité, Nintendo en oublie qu’il sort une véritable nouvelle console! NES, Super Nintendo, Gameboy, Nintendo 64, Gamecube, autant de noms qui ont fièrement construit l’Histoire de la marque japonaise… et celle du jeu vidéo.

Mais quand la 3DS est sortie, le grand public n’y a vu que la dernière venue d’une gamme composée de la DS, DS Lite, DS XL, DSi. Une simple mise à jour avec un écran 3D, finalement pas si révolutionnaire. Le nouveau stick analogique ou la puissance largement revue à la hausse sont complètement passés inaperçus au point qu’elle n’est pas restée dans l’esprit des gens comme une nouvelle console. C’est exactement la route que suit la Wii U, avec sa promotion trop proche de celle de sa grande soeur.

A force de matraquer son originalité, Nintendo fait l’erreur de négliger l’effet nouveauté. Attention, je ne dis pas que je n’approuve pas cette politique qui ne mise pas tout sur des graphismes bandants et une puissance à faire chialer des supercalculateurs de la NASA  (cf PS3). En revanche, ne pas en parler du tout est à mon avis préjudiciable pour marquer sa différence. On ne voit quasiment pas la console en elle même, planquée derrière sa « tablette »,  on ne se rend pas compte que la résolution est désormais HD… A côté de ça, Sony n’hésitera certainement pas à coller un 4 derrière son célèbre PlayStation, et Microsoft fera surement dans la même veine.

Bref, même « Wii 2 » ou « New Wii » aurait moins fait de mal à l’image de cette nouvelle console, à défaut d’être original…

04th Oct2012

Critique Casual: New Super Mario Bros 2

by Alphajet

Comme à mon habitude, j’arrive après l’été et la sortie de New Super Mario Bros 2 sur 3DS. Pourtant, c’est l’un des rares jeux que j’ai acheté dès sa sortie, un peu sur un coup de tête, en prévision de mes vacances. Un jeu de vacances, c’est peut être précisément la meilleure définition de NSMB2…

Mais revenons un peu en arrière. En 2006, je me fais un cadeau pour mes 25 ans en m’offrant la DS Lite et New Super Mario Bros (oui, je suis généreux envers moi-même!). Ce retour à un plateformer classique dans sa structure, mais réintégrant les meilleures idées de la série est alors une vraie réussite à mon goût. Succès non démenti par l’épisode Wii qui apporte lui aussi toute la convivialité du jeu à 4 et quelques nouveautés intéressantes. Cette année, Nintendo décide de continuer à pousser sa 3DS en lui offrant son propre épisode de cette sous-série après un Super Mario 3D Land très apprécié.

Et sur quoi on se focalise cette fois? La thune! Et oui, Mario aussi se heurte de plein fouet à la crise financière et décide de collecter le plus de pièces possible, l’objectif majeur étant d’atteindre le million de pièces d’or. Quel rapace ce plombier! Mais qu’en est il des niveaux à traverser? C’est là que le bât blesse d’après moi. NSMB exigeait de traverser 8 mondes pour défaire Bowser et son ignoble royaume de tortues communistes. Et sa suite directe propose un chemin direct qui n’en compte que 6. En fait il y en a bien 8 mais 2 sont cachés et uniquement accessibles par des sorties secrètes. Un monde étoile se débloque également après la fin du jeu. Mais du coup, dès lors qu’on ne cherche pas le 100%, le jeu se termine plutôt vite…

D’autre part, Nintendo a introduit très peu d’éléments nouveaux dans cet épisode, et les rares qui le sont servent souvent à faciliter la progression. Je pense surtout au costume de raton laveur qui rend invulnérable (sauf si comme moi on est un pitre des plateformes et qu’on finit dans un gouffre) qui apparait dès 5 essais ratés sur un niveau. Ou encore à la réintroduction de Reznor, cet espèce de boss rhinocéros apparu dans Super Mario World sur SNES qui conclut les châteaux de mi-monde et qui est vraiment facile à battre.

En fait pour moi cet épisode cherche à concilier les plus jeunes (ou les moins expérimentés) et les fondus de Mario qui ne considèrent la fin du jeu que lorsqu’il est fouillé de fond en comble. Ca plaira devrait convenir à ces deux catégories extrêmes, mais pour moi qui me trouve plutôt au milieu, je reste un peu sur ma faim. Bien sûr j’ai apprécié le challenge des 3 pièces d’or à récupérer par niveau, mais pas du tout convaincu par la course aux pièces qui ne séduira que les amateurs de compétition.

D’autre part, les 4 premiers mondes m’ont fait vraiment prendre NSMB2 pour un remake plus joli du premier! Vraiment trop peu d’originalité dans le level design. Il faut attendre les deux derniers mondes pour sortir des sentiers battus, que pour le coup, j’ai vraiment appréciés. Petit apparté, j’ai trouvé le Bowser final assez étrange à battre, comme un pied de nez au reste du jeu ultra classique. Un Mario reste un Mario, mais j’ai vraiment été habitué à plus d’audace d’un épisode à l’autre…

0-30min Durée de session:
C’est le plateformer « snacking » par excellence! NSMB2 brille toujours par ses niveaux pas très longs, et qui permettent de saucissonner correctement ses sessions de jeu. 2-3 niveau par-ci, par-là et hop on arrive à la fin du monde.
Ca donne au joueur une parfaite impression d’avancer constamment sans jamais rester bloqué.
Long Intervalle de partie:
Typiquement pas le genre de jeu qu’on risque de ne plus maitriser après 1 mois… Le gameplay est connu depuis 25 ans alors bon. Pas de surprise, il brille par sa capacité à être immédiatement accessible, et re-accessible des mois plus tard si on a envie de se refaire quelques niveaux.
Aisé Complexité:
Là encore, je crois que ne n’expliquerai à personne le principe de NSMB2. Le jeu est tellement accessible que même si on allait chercher un autochtone de la jungle amazonienne, il pourrait s’en sortir en quelques minutes.
On ne le souligne peut être plus assez, mais Mario a créé un jalon de référence pour les jeux de plateforme, et cet épisode ne déroge bien sûr pas à la règle avec une maniabilité toujours impeccable et jamais frustrante.
6-10h Durée de vie:
Personnellement je l’ai fini en 6h30 sans passer par les 2 mondes secrets. Et encore, en refaisant plusieurs fois les niveaux pour collecter les 3 pièces. On peut donc considérer ça comme une durée moyenne.
Ceux qui cherchent un challenge plus corsé devront débloquer et finir les 3 mondes secrets complètement, puis pourront s’acharner pour récupérer 1 million de pièces, ou essayer de battre leur meilleur score dans les « courses à la pièce ». Personnellement, j’ai trouvé ces challenges peu motivants et c’est bien dommage
+30€ Prix conseillé:
NSMB2 se trouve au prix assez classique de 35€ sur le net et 40 à 45€ en boutique, tarif qui ne bougera pas d’un iota avant très longtemps. Considérant la durée de vie assez courte, je trouve l’addition un peu salée comparée à l’excellent Mario Kart 7 par exemple.

Casual

Hardcore

C’est probablement le Mario le plus casual jamais sorti. Avec sa courte durée de vie, ses boss plutôt simples, et surtout le fait qu’on trouve autant de vies que de bière à l’Oktoberfest de Munich, on ne risque jamais la crise de nerfs.
Et dès qu’on galère un peu, le costume du Iron-raton-laveur flamboyant transformera le niveau en promenade de santé même pour les plus mous des doigts.
Si vous cherchez un jeu sympa et pas trop long, ou comme moi pour jouer sur la plage, c’est ce qu’il vous faut.
Je suis par contre bien plus réservé sur ma note « hardcore ». Autant le jeu est vraiment mignon, toujours efficace et avec une maniabilité impeccable, autant l’impression de jouer à un remake pendant 4 mondes m’a déçu.
Un point en moins pour cette fainéantise, et un autre en moins pour le manque d’innovations en général. J’ai trouvé que la chasse aux pièces d’or était presque décourageant comme challenge, et au fond pas très captivant.

Bref un épisode qui ne fait pas d’étincelles et ne restera surement pas dans les annales de la saga.

17th Fév2012

Critique Casual/Hardcore: Mario Kart 7

by Alphajet

Et l’enfant prodigue arriva. Aidé de son fidèle destrier Super Mario 3D Land, le dernier Mario Kart a été le héros des ventes de la 3DS au dernier Noël. Comme quoi, si la preuve devait encore en être faite, une console se vend bien à partir du moment où des jeux incontournables débarquent. Et là en l’occurrence, Zorro est arrivé!

Trêve de bavardages! Presque tous les joueurs ont un jour vu ou touché de près ou de loin à un Mario Kart, la série ayant cartonné sur toutes les consoles Nintendo depuis 1992. Et clairement, c’est un des éléments qui fait sa force, mais j’y reviendrai plus tard. Honnêtement, avant de l’essayer j’avais des doutes sur ce 7e épisode. Pas sur sa qualité, ce genre de licence étant incontournable pour Nintendo, mais plutôt sur son intérêt. Je me disais « bah, c’est juste un MK de plus avec un nouveau panel de circuits, mais pas de grands changements à l’horizon ». Bref un très bon jeu, mais pas exceptionnel.

Et je n’avais pas tout à fait tort. La 3D est très bien exploitée dans le jeu, mais pas indispensable, les graphismes sont très mignons, mais ça n’est jamais très important dans Mario Kart, il y a quelques petits changements dans les armes, mais pas fondamentaux… Oui mais un peu comme l’épisode sur DS que j’avais adoré, ce MK7 améliore tout un tas de petites choses qui boostent l’expérience. Les deltaplanes et les hélices que j’imaginais très gadget proposent en réalité des passages très sympas et parfois techniques, la gestion des dérapages a été affinée, le StreetPass permet aux plus hardcore de chasser le chrono pendant des heures. Le multi online m’a semblé d’ailleurs très réussi, sans parler de la possibilité de « partager son jeu » pour jouer en local avec une seule cartouche!

MK7, comme certains de ses prédécesseurs, synthétise la quintessence de ce jeu de course ou le fun est toujours gagnant. Qu’on soit joueur occasionnel ou acharné, il offrira d’excellents moments, de la petite dizaine de minutes pour finir un GP 100cc jusqu’à la traque des trajectoires idéales pour gagner 1 dixième de seconde. C’est ce que je trouve exceptionnel, dans ce Mario Kart : il est nouveau, mais tout le monde le connait déjà. Et pour autant, toujours aussi addictif, c’est sa formule magique!

-30min Durée de session:
On peut finir un GP en un quizaine de minutes, et s’arrêter là. Mario Kart 7 est juste idéal à ce niveau là. J’ai progressé par petites étapes, finissant les 50cc, puis 100cc, et j’en suis désormais aux 150cc. A la limite, je trouve même que que c’est beaucoup plus sympa d’y jouer par courtes sessions que de longues parties.
Long Intervalle de partie:
J’aime beaucoup ce MK7 et ça ne m’empêche pas de poser ma 3DS pendant 2 semaines et la reprendre sans sentir le moindre inconfort en rejouant. Les réflexes ne disparaissent pas, et on prend toujours autant plaisir à relancer une partie de temps en temps.
Aisé Complexité:
Comme je le dis plus haut, Mario Kart 7 reste Mario Kart. Si la quête des meilleurs temps ou des 3 étoiles dans toutes les courses requiert une maitrise certaine, ça n’empêche pas de s’amuser dès la première course. Même un débutant total s’éclatera très vite et assimilera rapidement le gameplay très accessible
10-20h Durée de vie:
J’indique entre 10 et 20h mais compte tenu du mode multijoueurs, les plus accrocs pourront encore passer quelques dizaines d’heures à se fritter en ligne. Faire le tour du mode solo demandera déjà un certain temps, sans pour autant frustrer si on n’en vient pas à bout.
+30€ Prix conseillé:
Typiquement le genre de hit dont le prix ne baissera pas avant des années. On le trouve sur internet aujourd’hui pour un peu moins de 35€. Mais pour tous ceux qui ont une 3DS, c’est un bon investissement même à ce prix.

Casual

Hardcore

Mario Kart 7 est exemplaire en tout point côté Casual. Accessible, jouable en courtes parties, sans nécessiter d’y jouer régulièrement. Nintendo a su balayer mes doutes avec cet excellent épisode 3DS. S’il n’atteint pas la note maximale, c’est juste qu’après tout ça reste un Mario Kart de plus sans révolutionner la formule. Mais après tout, en a-t-elle vraiment besoin… tant qu’on s’amuse!
21st Jan2012

L’impossible convergence entre consoles portables et plateformes mobiles

by Alphajet

Sans prétention, mais très prenant, Torment peut aussi en témoigner!

J’ai été assez pris cette semaine, et je n’ai guère trouvé le temps de jouer ou écrire un billet. Du coup ça m’a inspiré une petite réflexion sur ce qui revient régulièrement à l’affiche ces derniers mois : l’extinction des consoles portables au profit des smartphones et tablettes. C’est vrai que pour nous qui avons souvent peu de temps pour jouer, on finit régulièrement par tripoter son smartphone un peu partout. On exploite les petits temps morts et autres salles d’attentes avec des petits jeux qu’on peut lancer et arrêter 2 minutes plus tard.

Est ce que ça signifie pour autant que les 3DS et PS Vita seront les dernières représentantes de leur espèce? Moi je n’y crois pas, principalement pour une raison précise, c’est le confort de jeu. Autant ça ne me dérange pas d’avoir à tapoter un écran tactile pour jouer quelques minutes, autant je ne m’imagine pas remplacer ma 3DS pour jouer à Street Fighter IV.

C’est l’exemple assez flagrant du remake de GTA III qui m’a conforté dans mon idée. Techniquement, les plateformes mobiles ont atteint une belle maturité au niveau de leur puissance. D’ailleurs, elles évoluent beaucoup plus vite que les consoles portables. Donc GTA III tourne parfaitement sur iPad par exemple, mais la grande majorité des critiques ont souligné la médiocrité du gameplay 100% tactile. Pour l’instant, je ne suis pas du tout convaincu par de nombreux genres de jeux comme les FPS ou même les vrais plateformers.

En contrepartie, je me suis scandaleusement amusé avec Game Dev Story. Ce petit jeu de gestion de studio de développement de jeu vidéo est tout simplement addictif. Et puis le thème est étonnamment peu exploité! Du coup je pense que consoles et tablettes pourraient être bien plus complémentaires qu’aujourd’hui. Contrairement à ce que certains analystes suggèrent, je pense que la puissance ne sera pas l’élément déterminant dans cette compétition.

Mario, Zelda ou Uncharted sur iPad, aucun intérêt à mon goût. Par contre, les tablettes pourraient marquer le retour en force du jeu de gestion comme Theme Park, de la stratégie ou tactique au tour par tour avec des sagas comme Age of Empires (la version DS), UFO, Sydicate. Dans ce dernier cas, les Tower Defense ont déjà fait une incursion remarquée avec Plants VS Zombies. Le Point’n Click me semble aussi tellement évident à développer sur tablette que je ne comprends même pas pourquoi ça n’a pas encore été tenté (à ma connaissance). Probablement parce que ces styles de jeu ne sont pas les blockbusters de ces dernières années, et également car ils s’éloignent du schéma classique des Angry Birds et puzzle games dont on assimile le gameplay en 12 secondes.

Pour le coup, j’espère que l’avenir me donnera raison! Je serais vraiment pas contre un retour de vieilles gloires remaniées au goût du jour sur smartphone ou tablette.

30th Nov2011

Réalité diminuée

by Alphajet

Exemple typique de ce qui est proposé : un mini-monde qui semble s'animer dans nos mains

Ces derniers temps, on entend forcément beaucoup parler de la PS Vita. Elle débarque peu avant Noël au Japon, et en Février dans nos contrées européennes, ça je pense que vous le saviez déjà. Mais je suis récemment tombé sur cette nouvelle possibilité de la PS Vita de faire de la réalité augmentée (voir la vidéo en bas). Loin de moi l’idée de vouloir critiquer le principe, j’ai plutôt un regard très positif à l’égard de cette technologie, mais il faut admettre qu’en matière de jeux vidéo… C’est naze. Non pas parce que c’est inimaginable de trouver du fun là dedans, mais parce que pour l’instant du côté des constructeurs, c’est créativité zéro.

C’est Nintendo qui a ouvert le bal en premier, avec ses cartes de réalité augmentée fournies avec la 3DS. J’ai été bluffé au départ, le rendu est vraiment très sympa. Mais c’est la première et la dernière fois que je les ai utilisées puisque Nintendo a laissé tout ça à l’état de concept pour l’instant. Du coup, on se retrouve avec une fonctionnalité mise en avant au lancement de la console qui fait gadget (une spécialité de Nintendo, il faut bien l’avouer). Et là Sony nous sort de son chapeau sa vision de la réalité augmentée. Est ce qu’on peut s’attendre à un vrai jeu qui mette l’environnement autour du joueur à contribution? Ou ne serait-ce qu’une application qui tire parti à la fois du tactile ou des capteurs gyroscopiques ET de cette foutue caméra? Non, que dalle, juste du très classique, même si la qualité de l’image impressionne… enfin dans ce teaser en tout cas. Mais au final on n’est pas très loin d’un jeu Chocapic

Je ne sais pas, je suis peut être le seul à ne voir qu’un argument commercialo-marketing dans tout ça, mais il faudra me montrer que Sony comme Nintendo sont capables de pondre autre chose qu’une démo technologique. J’ai l’impression qu’avec la concurrence des téléphones portables et leur puissance accrue tous les 3 mois, les deux grands constructeurs flippent à mort et cherchent à convaincre que leurs bébés ne sont pas has-been. Au point d’entendre des rumeurs assez étranges, comme ces 25% de puissance supplémentaire débrayables sur la 3DS (vont ils inventer le DLC matériel??). Je préfèrerais qu’ils laissent des développeurs indépendants laisser libre court à leurs expériences, en créant des applications gratuites et librement distribuées, comme ça a pu être fait avec Kinect même si c’était un détournement à la base. Mais si aujourd’hui Microsoft encourage ces pratiques, c’est bien qu’elles motivent la découverte d’expériences de jeu positives. Kinect n’a pas encore révélé tout son potentiel, et clairement, ni la 3DS ni la Vita n’ont pour l’instant dégainé les cartes qui leur permettraient de se démarquer.

 

04th Nov2011

8 conseils pour la Wii U

by Alphajet

Allez courage Reggie, 2012 ne peut pas être pire que 2011! (on l'espère en tout cas)

Dans l’actualité Nintendo en ce moment, on parle principalement des pertes récemment annoncées par la société. Mais ça serait vraiment dommage de s’arrêter à ça. D’ailleurs Sony vient également d’annoncer des résultats financiers pas terribles, preuve que la crise mondiale ne s’attaque pas qu’aux plombiers! Il y a donc Super Mario Land 3D et Mario Kart 7 qui sortiront prochainement sur une 3DS qui se vend de mieux en mieux. Noël approche et je pense que la petite console portable se vendra bien en cette fin d’année. Mais 2012 marquera (probablement) l’arrivée de la Wii U, pour venir remplacer à point nommé une Wii qui commence sérieusement à s’épuiser. Et pour lui garantir une carrière qui démarre bien, pourquoi ne pas gommer les défauts de sa devancière?

1 – Meilleure expérience Internet : la Wiimote est probablement l’accessoire console le plus adapté à l’utilisation d’internet (hormis le clavier bien sûr). Pourtant, malgré un navigateur Opera Wii plutôt bien foutu, la Wii a un peu raté le coche. De véritables applications, comme c’est la mode en ce moment sur les TV connectées pourraient donner un vrai coup de polish à la Wii U, et réellement la faire basculer dans l’ère Internet. Plus généralement, pour retrouver sa place au coeur du salon, la console se doit d’être de suivre un minimum les tendances du moment.

2 – Supprimer les codes ami : les brûler même ! Pour une console connectée, la Wii a montré l’exemple à ne pas suivre… Ces codes imbitables n’ont jamais convaincu personne : comment voulez vous vous souvenir de cette série de 12 chiffres?? C’est complètement obscur et il n’y a même pas d’annuaire? Vraiment une idée pourrie que Nintendo doit absolument revoir pour proposer ENFIN une vraie plateforme multijoueur unifiée!

3 –  Toujours dans le registre online, je n’ai jamais trop aimé le Wii Shop. Trop vide au départ, sûrement pas assez mis en valeur, et avec parfois des prix excessifs pour des remakes de jeux anciens. Pour Nintendo qui est pourtant un as du gameplay hyper précis, est ce si difficile de trouver un ergonome doué pour remettre un vrai coup de neuf dans le futur magasin en ligne?

4 – Laisser tomber le système d’étoiles : alors on a le Club Nintendo dans lequel on cumule des étoiles, qu’on peut échanger contre des Wii Points, qui eux mêmes représentent un certain nombre d’Euros … Non mais on marche sur la tête? Si commercialement parlant, le fait d’instaurer un système de points est compréhensible (il atténue la prise de conscience du prix réel d’un jeu, le montant parait moins concret en points), de grâce, ne mettez qu’un seul système au moins!

5 – Arrêter la politique du 100% casual. Vous savez bien que je n’ai rien contre le « casual » gaming, forcément. Mais axer toute la communication de la console et donc des jeux autour de ça n’a pas toujours payé. Passé les 3 premières années d’exploitation, ce sont les mêmes jeux qui ont fini par se répéter inlassablement sans vraiment innover (12 Lapins Crétins, 36 jeux de sport et de fitness…). Et les joueurs plus chevronnés ont fini par laisser la Wii de côté, malgré certains excellents titres qu’elle a connu.

6 – Repenser les chaînes Wii. Idée vraiment sous exploitée par Nintendo, les multiples écrans de chaines que je pensais se voir remplir au fil des mises à jour sont restés désespérément vides. Passé la découverte initiale de la place Mii ou des votes… Bof bof! Nintendo doit apprendre à mieux communiquer PAR sa console, proposer plus de dynamisme, comme Steam sait le faire sur PC avec des jeux gratuits pendant un week end, ou des évènements promotionnels.

7 – Des bonnes batteries. Même si des dizaines de constructeurs tiers l’ont fait depuis pour la Wii, ça serait bien d’avoir d’emblée un moyen de recharger ses manettes sans avoir à sortir des piles, les charger, puis les remettre dans la manette. Surtout que vu la taille de la tablette/pad et son écran, il vaudra mieux assurer de ce côté là! Une autonomie faiblarde et ça ferait clairement tâche au lancement.

8 – Compatibilité et rétro-compatibilité. Si les périphériques Wii semblent d’ores et déjà tous supportés, ce n’est apparemment pas le cas de la Gamecube… Un peu dommage quand on sait que ce bridage est probablement juste logiciel. D’autre part, avec le temps j’ai appris à détester l’inébranlable aptitude de Nintendo à faire du format propriétaire. Ports propriétaires, formats propriétaires, lecteurs propriétaires, pfff… De toute façon, la Wii a fini par être crackée alors que la PS3 avec ses ports USB2 et son lecteur Blu-Ray a très largement mieux résisté. Imposer des non-standards, c’est finalement prendre le problème à l’envers : faire chier la masse pour emmerder un peu plus les quelques hackers… Pendant ce temps, la console reste une brique à poussière alors que ses concurrentes servent de plateforme multimédia.

 

19th Oct2011

La PS Vita loupe le papa Noël

by Alphajet

Ne t'en fais pas Santa, Modern Warfare 3 arrive!

Certains espéraient peut être encore la voir débarquer avant Noël (la date de lancement au Japon étant fixée au 17 décembre prochain), mais Sony vient de le confirmer. Il faudra attendre le 22 Février 2012 pour trouver la PS Vita en Europe, et donc en France. Mais au delà de cette annonce qui fera quelques déçus (dont je ne fais pas partie, parce que j’ai déjà du mal à profiter de ma 3DS), j’ai quelques questions à soulever.

La première, c’est comment expliquer qu’un constructeur d’envergure mondiale comme Sony puisse ainsi réserver 2 mois de primeur à sa nouvelle console portable au seul sol japonais? Il faut tout de même noter qu’il y a quelques mois, Nintendo a fait de même, avec un mois d’écart entre la sortie japonaise et la sortie mondiale. Alors pourquoi se priver d’une manne financière monstrueuse en ratant Noël, la période de vente la plus faste pour le jeu vidéo? A mon humble avis, je ne vois comme raison qu’une capacité de production trop modeste pour ne pas avoir de stocks trop limités.

Ainsi Sony privilégierait l’approvisionnement son marché local, traditionnellement très fort soutien de la marque. Ce n’est pas un mauvais calcul dans l’absolu, mais la Vita est également très attendue dans nos vertes contrées, et fera probablement un très bon démarrage. Mais bon, j’imagine que tout ça résulte quand même d’un savant calcul et qu’ils savent où ils vont.

Deuxième point qui m’interpelle, c’est le prix des jeux Vita. Nintendo dirait probablement qu’on ne peut pas comparer un jeu 3DS, avec ses fonctions inédites en 3D, avec un jeu Playstation Vita. Mouais, n’empêche que Sony va infliger un direct du droit au tarif officiel de 45€ sur 3DS avec des sorties à 39,90€ au maximum. Donc je doute qu’en 2012, Nintendo persiste dans ce sens, et il est possible que le tarif moyen DS baisse pour laisser de la place au prix magique de 40€. De toute façon, j’ai toujours trouvé que c’était trop cher payé, même pour de la 3D.

Une dernière pensée pour tous ceux qui passent des heures dans les transports en commun, bon courage pour patienter encore 3 mois 🙂 … encore faut il que la console soit à la hauteur!

14th Sep2011

TGS 2011: Nintendo abat ses cartes

by Alphajet

Ri-di-cule ce socle... pff je vais vomir

Après la GamesCom en Allemagne, c’est au tour du Tokyo Game Show d’occuper l’actualité. A priori le bon moment pour Nintendo et Sony, mais aussi les éditeurs tiers comme Konami, Square Enix, etc d’annoncer leur programme pour la fin d’année mais aussi début 2012. On peut espérer quelques belles annonces de leur part, histoire de charger les carnets de précommande pour Noël!

Comme d’habitude Nintendo et Sony ont prévu leurs conférences pré-TGS et voilà ce que je retiendrai de celle du premier:

– Les deux futurs hits de la console que le barbu rouge va déposer par dizaines: Super Mario 3D Land et Mario Kart 7. Il était temps! Ces deux licences ont pour habitude de booster les ventes de chaque console, et ce sont pour nous souvent de parfaits Casual Hardcore games : très accessibles, fun mais techniques. Pour autant, je suis plus emballé par le nouveau Super Mario que Mario Kart 7 qui hormis les petites phases aériennes et sous-marines me semble moins innovant. Sorties respectives le 3 Novembre et le 1er Décembre

– Nintendo a finalement confirmé l’arrivée de l’horrible second stick qui sera vendu pour une quinzaine d’euros au Japon. J’étais un peu perplexe au départ, mais ça ressemble vraiment à un gros ratage de ne pas l’avoir inclus dès le départ. Probablement la conséquence d’une sortie mal préparée de la 3DS ou d’un manque de concertation avec les éditeurs tiers. Reste que pour le moment, cet accessoire n’est prévu que pour une poignée de jeux et j’espère que ça ne changera guère… Ce « socle » disgracieux élargit et alourdit la console, vraiment un bricolage qui devrait d’ailleurs être offert par Nintendo, ou avec les jeux car payer pour ça…

– L’autre énorme attente, c’est Legend of Zelda : Skyward Sword. Sa date de sortie a enfin été fixée au 27 Octobre, mais ce qui m’a marqué, c’est la volonté de Nintendo de le présenter comme un pur RPG (50 à 100h de jeu!). A priori pas très casual le nouveau Zelda donc, mais en même temps, la Wii manque de ce genre de jeu. Et si Xenoblade Chronicles est en rupture en ce moment, c’est pourtant que ça se vend!

– Dernier point, j’ai été un peu déçu de voir que la 3DS devra encore attendre pour être plus fournie en jeux costauds. En effet, Luigi’s Mansion 2, Paper Mario, Kid Icarus Uprising, Metal Gear Solid 3D, Mario Tennis ou encore Animal Crossing sont tous annoncés (ou reportés) en 2012… Reste à voir aussi comment ces jeux exploiteront le potentiel 3D ou les fonctionnalités nouvelles. A noter qu’aucun nouveau Pokemon n’a pour l’instant été annoncé sur la console portable, alors que ce jeu est depuis plus de douze ans un incontournable. Mais ça viendra…

09th Sep2011

3DS: Eldorado potentiel pour Sim-like?

by Alphajet

Ca m’a frappé quand j’ai lu la newsRollerCoaster Tycoon 3D est annoncé sur 3DS. Quand j’étais plus jeune (ah nostalgie quand tu nous tiens), je me souviens de la soeur de Torment qui jouait à RollerCoaster Tycoon, premier du nom. Tout comme je me rappelle très bien de mon frère qui s’éclatait sur Theme Park. De façon plus générale, le jeu de gestion a toujours trouvé dans le PC sa plateforme de choix. Clavier, souris, affichage net (à cette époque pré-HD!) étaient ses atout majeurs… et ils le sont toujours! Mais aujourd’hui, ce type de jeu qui se raréfie pourrait retrouver des couleurs éclatantes sur DS/3DS, qui est pour moi la seule console capable de raviver la flamme.

Ben ouais, la souris a beau être un accessoire très efficace, le stylet + écran tactile, c’est encore mieux. Alors bien sûr, le petit écran et sa faible résolution obligent à bien gérer l’affichage car la clarté et la lisibilité sont des éléments essentiels d’un bon jeu de gestion. D’autre part, historiquement il touche tous les types de joueurs, du casual au hardcore, du plus jeune au moins jeune. Bon OK tout le monde n’est pas enthousiaste envers ce genre, mais potentiellement, il peut toucher tout le monde et c’est déjà pas mal. Surtout pour une console qui veut enfin sortir de la tombe dans laquelle les journalistes l’ont déjà enterrée.

S’il est bien réalisé et qu’il a une couverture médiatique suffisante, RollerCoaster Tycoon 3D pourrait bien créer une bonne surprise car sur la portable de Nintendo, hormis Anno, on ne peut pas dire qu’il y ait eu beaucoup de prétendants. Mais pour monter sur le trône, il faudra séduire, et le coup du parc à thème est une bonne idée. Ca a toujours eu un côté fun et pas sérieux qui attire, alors je veux croire qu’il puisse servir d’exemple, tout comme Professeur Layton a su donner un second souffle au jeu de puzzle.

02nd Sep2011

Les soirées de l’Ambassadeur sont toujours réussies!

by Alphajet

25 ans plus tard, on achète une console neuve pour jouer au même jeu!

Et voilà, la première fournée de jeux du programme ambassadeur est arrivée. Uniquement des jeux NES pour l’instant, en attendant la cargaison de titres GBA. J’ai tenté le téléchargement le 1er septembre, premier jour de disponibilité pour tester la capacité des serveurs de Nintendo à tenir la charge. Première chose, la procédure à suivre est clairement décrite dans l’eShop, un bon point! Et pour la disponibilité des téléchargements, aucun problème. Bon après il faut relativiser, les jeux de l’époque ne faisaient que quelques dizaines de Ko mais bon, j’imagine qu’il y a tout l’enrobage de l’émulation maintenant.

En plus de la dizaine de jeux téléchargeables, on peut également récupérer notre « certificat d’Ambassadeur Nintendo » qui nous donne accès à … des annonces exclusivement réservées aux ambassadeurs. Ouaah! Bon, c’est toujours là pour flatter un peu l’égo du gars qui a payé sa console au moins 50€ trop cher. Mais je doute que la compagnie fasse beaucoup d’efforts de ce côté là une fois 2011 terminée. C’est quand même assez comique de se rendre compte que ce certificat pèse à lui seul près de 5 jeux NES 🙂

Alors premier bilan? Bah les jeux fonctionnent très bien, c’est à minima ce qu’on leur demande! Après dommage qu’il ne s’agisse que d’une émulation brute. Pas d’adaptation en 3D, et surtout … pas de sauvegarde! Donc on joue en mode NES, à l’ancienne comme des sauvages, mais c’est quand même pas des masses pratique au 21e siècle. Surtout sur une console qui n’a pas trop vocation à être utilisée des heures d’affilée. Donc après avoir remis les mains sur Super Mario Bros, ça m’a fait tout drôle de retrouver ce gameplay précis au poil de couille près, et mes 3 vies de départ ont très vite disparu! Ah ouais ça se passait vraiment comme ça quand on était gosse, c’est pour ça que les jeux nous paraissent simples aujourd’hui!

Mais le pire reste à venir… Quand j’aurais le courage d’affronter le jeu qui pourrait encore aujourd’hui me faire avoir des cauchemars : Zelda II The Adventure of Link! Je n’ai jamais passé le premier boss, ce cheval blanc bipède doté d’une masse d’armes. Je te hais, je te hais, je te hais!

Pages :12»