01st Juil2018

Tour d’horizon des podcasts de jeu vidéo – part 1

by Alphajet

podcast pictureQuand on perd le temps de jouer, qu’on n’en trouve plus l’occasion ou parfois, plus l’envie folle, on peut se rabattre sur d’autres médias qui en parlent et permettent de garder un œil sur l’actualité du milieu. Cela fait des mois maintenant que j’ai déménagé et que j’habite à une trentaine de kilomètres de mon travail. Étant donné que je me déplace en moto, ça reste compliqué de me faire une partie sur Switch pendant le trajet. En revanche, l’écoute – parfois distraite – d’un podcast reste possible et c’est un peu ce à quoi je me suis habitué depuis le début de l’année. Sans prétendre faire un panel exhaustif des podcasts existants qui traitent du jeu vidéo, je vous propose une sélection tout à fait personnelle de ceux qui ont pu traverses mes écouteurs ces dernières semaines.

ZQSD

Héritage initial de la dernière équipe du magazine Joystick, dont une partie a ensuite fondé JV Le Mag, le podcast mensuel de ZSQD.fr est un long format, sans limite de temps imposé, qui vise à parcourir l’actualité du mois passé, évoquer l’activité d’un invité même si ce n’est pas systématique, faire un tour de table pour les critiques de jeu, subir un quiz musical pas toujours inspiré et finir par des recommandations culturelles de l’équipe.

Désormais assez ancien – cinq ans et demi – et bien installé dans le paysage des podcasts français, ZQSD représente un peu le podcast à l’arrache entre potes, avec son ambiance potache, ses blagues et sa descente de bière. J’apprécie notamment la voix de Jika (Jean-Kléber Lauret, journaliste chez Les Numériques) qui passe très bien à l’audio pour animer l’émission, ou encore Hoopy (Sylvain Tastet, journaliste chez JV Le Mag) qui a un don pour faire raconter une tranche de jeu vidéo avec la capacité à nous faire vivre son expérience avec force détails. J’y appréciais également Walou (Corentin Lamy, journaliste chez lemonde.fr) qui a cependant arrêté sa contribution au podcast. Les autres membres réguliers ou moins réguliers sont souvent moins marquants selon moi, bien qu’étant par ailleurs journalistes ou auteurs de livres (Deez, Ianoo), voire quasi absents comme Gruth.

Dans l’ensemble, c’est un podcast assez sympa, retransmis sur Twitch en live pour ceux qui auraient la disponibilité, bien que la vidéo n’y soit au fond pas très captivante. Ses principaux problèmes sont ses errements réguliers dans le fil conducteur de l’émission, on dérive parfois pendant une trentaine de minutes sur un sujet, ainsi que sa longueur qui atteint souvent trois heures, voire plus. Autrefois presque rédhibitoire pour moi, la durée de mes trajets me permet désormais de l’écouter un peu plus régulièrement. Un gros point noir depuis l’année dernière, c’est la mise à disposition du podcast sur ses plateformes de diffusion qui trainait pendant des semaines, voire des mois avant la publication. Cette situation a tendance à s’améliorer, un bon point tant la diffusion faisait paraître les discussions totalement à côté de la plaque parce situées que deux mois après les évènements.

Pour conclure, ZQSD reste un podcast sur lequel je reviens régulièrement, même si j’ai tendance à le faire de façon plus distraite puisque son côté « Café du commerce » l’affecte de longueurs récurrentes et d’intervenants qui parlent parfois trop loin du micro… J’y apprécie cependant des points de vue parfois contradictoires qui permettent régulièrement de se faire une opinion plutôt éclairée d’un jeu ou d’une situation.

Force Rose (Sophie Krupa, journaliste chez JV Le Mag), assez souvent effacée dans ZSQD a lancé pour sa part le podcast « frère » ABCD depuis 2016 qui traite plutôt de jeu vidéo et de parentalité. J’avoue m’y être rarement attardé parce que je n’accroche pas trop à son phrasé un peu lambinant et peut être les thématiques qui n’ont pas retenu plus que ça mon attention.

La Cartouche

Podcast bimensuel animé par Yann Rieder et Loup Lassinat-Foubert (qui écrit chez Gamekult entre autres activités), La Cartouche est une émission d’environ 1h15 sur l’actualité du jeu vidéo, lancée en 2017. Chaque numéro revient sur trois ou quatre actualités principales débattues avec plus ou moins de détails par les deux compères, passe ensuite sur une à deux critiques de jeu et se conclut par une rubrique revenant sur les sujets déjà évoqués dans les émissions précédentes pour ajouter des précisions ou corriger certaines inexactitudes.

C’est un podcast vraiment sympa à l’écoute, Yann Rieder ayant une voix très audible, dynamique et un bon sens du rythme. Le conducteur de l’émission est en général bien fait et évite de trop déraper sur le timing. On a un bon cadrage et le fait de n’avoir que deux animateurs permet d’aller droit au but sur les sujets évoqués.

Bon, il faut s’habituer aux rires sardoniques de Yann et à ses changements de ton de voix qui s’élève très haut puis fait un peu le yoyo dans les fréquences, mais dans l’ensemble La Cartouche propose une émission suffisamment rythmée et fréquente pour avoir un panel assez représentatif de l’actualité du jeu vidéo. Les thématiques couvrent toujours des sujets récents et bien que je ne partage pas nécessairement l’avis des deux podcasteurs, ils présentent leur point de vue avec une argumentation qui tient la route et qui se défend. En résumé, un bon podcast généraliste et bien produit.

Les Tauliers

Restons sur Radiokawa qui produit tous les mois depuis 2011 Les Tauliers et leur volonté de d’incendier le jeu vidéo. Au micro, on retrouve Yann Rieder qui fait souvent office d’animateur principal de l’émission, Fox (Franck Extanasié), Caféine (Arnaud Chaudron connu pour Geekzone, son passage chez Joystick au début des années 2000 et sa grande compétence sur la high tech), Jay (George Grouard qui a participé à plusieurs magazines – et leur mort – et auteur de livres sur certains jeux japonais) et plus rarement Alexleserveur (Loup Lassinat-Foubert évoqué plus haut).

Le programme tourne autour d’un thème qui sera décliné sous plusieurs angles au fil du podcast, comme par exemple la place de l’Histoire dans les jeux vidéo ou les exclusivités éditeur. J’ai eu le malheur d’écouter le numéro ‘CGT Tauliers’ pour une de mes premières écoutes, que j’ai trouvé très largement déplacé dans le ton et dans le manque d’arguments factuels avancés pendant le déroulé de l’émission. La thématique tournait autour des plaintes et actions des employés du secteur (Eugen Systems, Quantic Dreams, …), mais avec tout ce que je n’aime pas dans ce podcast multiplié par dix.

C’est à dire la vulgarité gratuite (le podcast est déconseillé aux mineurs), les digressions qui partent loiiiiin très très loin, le mode ultra-lourdaud, bourrin et mauvaise foi de Jay et les analyses à l’emporte pièce. Lorsque les épisodes tombent dans ces extrêmes, ils sont juste à la limite de l’écoutable parce que c’est tout simplement pénible. On a plutôt le sentiment d’assister à un débat de mecs bourrés au PMU du coin, mais le PMU pas trop classe hein, celui bien crado avec les mégots qui jonchent le sol et le Ricard qui dégouline du comptoir collant.

C’est bien dommage, car dans certaines émissions on peut trouver un regard assez pointu sur un thème donné et un avis rarement consensuel. Le problème étant lorsque les avis contraires deviennent une pure opposition de principe ou de vieux con. En bref, un podcast qui traine souvent en longueur faute de conducteur suffisamment préparé par certains membres qui ont l’air de s’en foutre royalement et dont l’inutile grossièreté vient desservir un propos qui peut être très intéressant.

Les Démons du MIDI

Comme le dirait Pipomantis (journaliste chez Gamekult, anciennement chez Canard PC), celui-là je l’aime d’amour ! Un podcast très spécifique puisqu’il traite de musique de jeu vidéo dans ses grandes largeurs depuis 2013. Il s’agit d’une émission mensuelle co-animée par Pipo mentionné plus tôt et Gautoz (journaliste chez Gamekult) et qui alterne à chaque numéro entre une thématique précise (jeux de voiture, la parentalité…) et un jukebox plus éclectique.

Bien que nos deux compères en fassent parfois des caisses sur certains compositeurs, on sent que leur discours transpire d’admiration honnête envers les compositeurs qu’ils évoquent et qu’ils l’abordent avec une grande passion et un professionnalisme très appréciable. Chaque morceau est précédé d’une très courte introduction et lui succède une présentation la plupart du temps détaillée du parcours du musicien ou du compositeur. La sélection des musiques est avant tout l’occasion de découvrir ou redécouvrir des perles et des bizarreries qui vont des années 80 à nos jours et qui permettent de mesurer l’évolution de la partie audio des jeux vidéo comme de l’incroyable panel de véritables compositeurs qui émaille leur histoire.

C’est un véritable bol d’air de deux heures, ponctué par la voix grave et posée de Gautoz qui renvoie la balle au timbre plus énergique et frénétique de Pipomantis. C’est une alchimie idéale pour poser un autre regard sur un média qui s’exprime d’ordinaire avant tout par ses images et son gameplay. J’apprécie particulièrement la sélection toujours travaillée et variée des différents morceaux qui sont diffusés. On y trouve des musiques courtes ou longues, japonisantes ou occidentales, très orchestrales ou blip-blip 8 bits, bref c’est un survol magique de ce que le média a pu proposer sur ces trente dernières années. Et c’est le podcast que je ne manque jamais de rater à sa diffusion, toujours très ponctuelle et toujours hyper calibrée par Faskil qui produit l’émission. C’est toujours hyper appréciable pour un format audio d’avoir un son bien équilibré et des voix très audibles et claires.

Voilà pour cette première partie qui, j’espère, en amènera une seconde avant l’année 2019 (vu mon rythme de publication…). La suite devrait me permettre notamment d’évoquer Torrefaction, HautBasGaucheDroite, Quickload ou quelques autres podcasts Radiokawa.