16th Fév2017

1 heure sur Rayman Adventures

by Alphajet

La dernière fois que j’ai goûté à Rayman, c’était sur l’opus Origins en 2012. A cette époque, j’avais fait une partie en coop très convaincante avec mon vieil acolyte Torment – pour la petite histoire, on n’avait alors pas réussi à terminer le jeu à l’occasion d’un week end et j’ai perdu ma sauvegarde plus tard lors du transfert de mes données vers la Wii U, à mon grand désarroi. Enfin grand désarroi, pendant au moins cinq minutes, après j’en ai fait le deuil.

Rayman, c’est avant tout pour moi le souvenir de ce grand jeu de 1996, beaucoup trop difficile pour son look enfantin, qui proposait des niveaux variés, une très bonne jouabilité et des boss coriaces. Bref, les ingrédients d’un bon plateformer. Origins avait su renouveler la licence en 2D avec brio et je n’ai pas pu m’essayer au Legends, que j’imagine tout aussi bon. Bref, lorsque j’ai voulu étrenner ma nVidia Shield K1 (j’en reparlerai…) sur un jeu, je suis tombé un peu par hasard sur ce Rayman Adventures, qui utilise le même Framework UbiArt, l’assurance d’avoir au moins visuellement un titre sympa et fluide.

Je ne suis pas un grand adepte du jeu sur mobile/tablette. Non pas que je trouve ça mineur ou secondaire comme plateforme de jeu, mais sans trop arriver à l’expliquer, je n’ai pas d’affinité forte avec les jeux qu’on y trouve majoritairement. A savoir une horde de Free to Play dont les Clash Of et autres Candy Tralala Saga en sont la figure de proue. En lançant Rayman Adventures, j’avais donc une certaine appréhension à l’idée de pouvoir jouer 10 minutes avant de devoir échanger des gemmes contre des pièces d’or contre des euros pour gagner du temps de jeu.

Pourtant, ce Rayman, sorti il y a deux ans ne cède pas trop à ce genre de pratiques, laissant quand même pas mal de latitude pour s’amuser sans appuyer sur le bouton carte bleue. Evidemment, il y a toujours quelques bonnes incitations à passer par la boutique, ou à regarder quelques pubs à défaut, mais ça n’est pas trop envahissant. En fait ce qui m’intéressait, c’était de voir ce que valait un bon « runner » puisque c’est le style de ce jeu, sur tablette. J’aime bien les jeux de plateforme en général, même si je ne me considère absolument pas comme un bon joueur de ce genre. Les runners en sont l’émanation tactile, simplifiant le concept de précision, dextérité et timing par … une gestion du timing tout court, qui s’accommode bien aux écrans tactiles.

Chacune des petites bestioles qui nous accompagne permet d’aider à parcourir le niveau avec certains avantages

Cela dit, Rayman Adventures pousse un peu plus loin le concept en associant les swipes (balayage latéral ou vertical) à des attaques et en permettant le changement de direction, au lieu de simplement permettre d’éviter des obstacles. Il en résulte un jeu plutôt sympa et pas très complexe à prendre en main, un atout essentiel pour un Free to Play qui implique une immédiateté nécessaire pour le joueur « mobile ». Pourtant je trouve parfois que le jeu ne répond pas idéalement, bien que ça soit à mon goût le problème de tous les jeux tactiles qui n’offrent pas la réactivité nécessaire comparé à un jeu console plus classique. Cela dit, la Shield K1 est compatible avec le gamepad nVidia qui améliore peut être considérablement les choses, mais ce n’est pas le cas de toutes les plateformes sur lesquelles le jeu est disponible.

Bref, ce Rayman se trouve être un divertissement très mignon, fluide mais qui se coltine les défauts habituels des Free to Play : passé un certain temps de jeu, il faut désormais attendre avant de pouvoir enchaîner les aventures – souvent assez courtes – que chaque œuf qui marque la fin d’une série de niveau éclose. Pour le faire éclore c’est 30 minutes d’attente (au début du jeu en tout cas!), mais des élixirs peuvent évidemment accélérer le processus, ou l’améliorer, élixirs qu’on peut rarement trouver dans le jeu mais bien évidemment toujours disponibles dans la boutique. Le jeu propose un challenge intéressant quand il s’agit de finir les niveaux avec le score maximum, donc l’équilibre semble être là, mais j’ai des doutes sur le fait qu’il y ait beaucoup de renouvellement. Sur le long terme, ce n’est pas un jeu que je poursuivrai longtemps, je ne suis pas vraiment le bon profil cible. Si vous avez du temps dans les transports en commun, c’est peut être le cas pour vous !

Crédit image : frandroid