20th Mar2016

Clavier mécanique, le retour : SteelSeries Apex M800

by Alphajet

SteelSeries Apex M800_01

Il y a environ deux mois, je vous parlais du nouveau joujou de mon PC fixe : mon premier clavier mécanique, le Corsair Strafe RGB. Vous allez commencer à croire que je reçois des claviers des constructeurs, haha, ça n’est évidemment pas le cas. En réalité, mon Strafe RGB s’est mis à souffrir d’un défaut rédhibitoire pour moi, l’appui sur la touche « n » déclenchait des doubles frappes assez aléatoirement. Parfois ça fonctionnait bien, parfois c’était 8 « n » sur 10 qui étaient doublés. Impossible à supporter pour mon utilisation professionnelle par exemple. Grâce à la compréhension de LDLC (merci encore, je tenais à le souligner), j’ai pu bénéficier d’un avoir plutôt qu’un remplacement de l’unité défectueuse, chose qui était préconisée par Corsair.

Qu’est ce qui m’a motivé à changer de modèle au final ? Je l’ai dit et je le répète, le Corsair Strafe RGB me semble être un excellent clavier mécanique pour les joueurs. Mais pour moi qui vient d’un Logitech Illuminated Keyboard, avec des touches ultra plates et extrêmement silencieux, la marche était peut être trop grande à passer. Notamment sur un point précis : la hauteur des touches. Je suis incapable de dire si tous les autres claviers mécaniques du marché disposent de touches aussi hautes, mais en plus de la hauteur de touche déjà très conséquente, celles du Strafe sont légèrement surélevées. Après un temps d’adaptation, j’ai réussi à m’y faire … partiellement. Disons que pour mes mains, j’avais quand même l’impression d’avoir à fournir un effort supplémentaire, notamment par rapport à mon ancien clavier ou même mon clavier Dell du boulot. D’autre part, cela avait tendance à me faire commettre plus de fautes de frappe qu’à l’accoutumée. J’ai regardé alors ce qu’il existait d’autre dans mon budget avec mes critères principaux qui étaient :

  • Rétroéclairage
  • Touché moins éloigné de ma zone de confort
  • Relative discrétion
  • Repose-poignet
  • Relative sobriété

Pour rappel, le Strafe RGB répondait déjà à 80% de ces besoins, il était donc difficile de trouver mieux, ou du moins plus adapté à ma recherche. J’avais donc par exemple le choix avec des produits de chez Logitech et leurs interrupteurs Romer-G, ou Razer avec le Blackwidow Ultimate Chroma, ou encore plus récemment chez Roccat. Mais mon choix s’est finalement porté sur ce SteelSeries Apex M800, à ma connaissance le seul clavier mécanique à adopter des touches demi-hauteur, a priori plus proches du touché que j’avais auparavant sur mon Illuminated. je vais donc pouvoir comparer ces deux excellents claviers, car le SteelSeries a évidemment des arguments à faire valoir.

Le packaging est simple, seulement quelques touches de remplacement et le clavier

Le packaging est simple, seulement quelques touches de remplacement et le clavier

Premier point sur lequel j’attendais le M800 au tournant, sa fameuse demi-hauteur. A ce niveau, je ne suis pas déçu. Non seulement je retrouve un ressenti plus évident, plus facile pour moi, mais surtout j’ai été agréablement surpris par la réactivité vantée par le constructeur (soit disant 25% plus « réactif »). Ce que j’en dis, c’est qu’effectivement les touches sont suffisamment fermes, offrent un excellent retour, et que leur course plus courte me permet concrètement de taper plus rapidement qu’avec le Corsair. Disons que ce toucher est plus naturel pour moi, même si un temps d’adaptation est également nécessaire. Avantage à SteelSeries sur ce terrain, je trouve que ses interrupteurs QS1 sont vraiment agréables et qu’on sent parfaitement le moment où la touche est activée. Après, il faut se rappeler que je n’ai essayé que 3 claviers mécaniques, et que c’est avant tout une question de ressenti personnel. Reste que je n’ai pas ressenti cette impression de facilité avec le Corsair ; il me contraignait à m’adapter à lui beaucoup plus que l’inverse… La seule « difficulté » que j’ai pu ressentir se trouve au niveau des 6 touches macro supplémentaires situées sur la gauche : n’étant pas habituées à elle, il faut trouver ses repères sur la disposition du clavier.

Côté finition, l’Apex ne déçoit pas non plus. Malgré un poids (environ 1,4kg) sensiblement identique au Strafe RGB et une largeur plus importante, il se fait finalement plus discret sur mon bureau. Cela dit, je préfère quand même le look du Corsair, qui mèle harmonieusement un anthracite avec du blanc. Le SteelSeries fait plus conventionnel avec un plastique noir qui semble résistant, mais qui donne un aspect moins qualitatif que celui du Strafe RGB. Que ce soit au niveau de ses touches hyper bien finies ou de son repose-poignet texturé, ce dernier donne vraiment une impression de produit hyper solide et haut de gamme. Attention, le SteelSeries ne démérite pas ! Mais de mon point de vue, il est un petit cran en dessous, majoritairement du fait du plastique utilisé. Cela dit, il retient moins la poussière également.

Pour revenir du côté de la frappe au clavier, la forme incurvée des touches est vraiment agréable et le doigt vient bien se caler au bon endroit. Autre spécificité de l’Apex M800, sa touche espace deux fois plus épaisse qu’à l’accoutumée. Ce n’est pas indispensable, c’est finalement un plus ;  c’est une touche que je frappe uniquement avec mon pouce gauche, et il vient du coup parfaitement appuyer avec une largeur plus grande que sur mes anciens claviers. Le confort, une fois de plus. Le seul manque du SteelSeries par rapport à ma wishlist est le repose-poignet. Là où Corsair en proposait un très bon et profond, il est totalement absent de l’Apex. De plus, la bordure du bas du clavier n’est pas particulièrement douce, même si ça ne m’a pas plus gêné que ça. Apparemment SteelSeries propose un repose-poignet en mousse assez basique sur son site pour environ 20€, ce que je trouve relativement excessif pour un accessoire qui ne se fixe même pas au clavier. Bref, c’est ma principale déception sur ce clavier, même si, étant plus plat et moins incliné que ses petits camarades, le M800 tire quand même son épingle du jeu au niveau confort. D’ailleurs, pour ceux qui aiment les claviers fortement inclinés (je ne vous le conseille pas, c’est mauvais pour les poignets), il est fourni avec des pieds en caoutchouc interchangeables qui sont du coup bien plus pratiques et stables que les pieds escamotables traditionnels.

L'Apex M800 en action

L’Apex M800 en action

Quant au bruit généré pendant la frappe, je l’ai trouvé tout à fait supportable, plutôt léger même. C’est un peu différent du Corsair, qui est lui aussi assez discret grâce à ses interrupteurs MX Silent, mais globalement je dirais que le niveau sonore est similaire. De mon point de vue, ce n’est pas dérangeant, et il n’y a pas de bruit stressant de « clic » en bout de course.

Côté rétro-éclairage enfin, SteelSeries a suivi la mode des claviers avec un éclairage touche par touche, et ultra-personnalisable. Tout comme chez Corsair, on peut faire varier les effets, créer des profils différents, faire l’arc-en-ciel dans ta maison chéri! Certains s’amuseront peut être pendant des heures à customiser leur visuel grâce au logiciel très complet SteelSeries Engine 3. Le vice est même poussé à proposer des profils spécifiques pour certains jeux où l’éclairage de certaines touches du clavier pourra également représenter une information in-game. Par exemple une barre de vie avec la rangée de chiffres. Le petit plus par rapport au Corsair Strafe RGB se situe au niveau des 6 touches de raccourcis personnalisables que l’on trouve alignées verticalement à l’extrême gauche du clavier.

Notons enfin que le clavier propose, comme sur le Strafe RGB d’un mini hub USB, avec ici deux ports disponibles (cela occupera 2 ports USB sur la tour). Cependant, cette fois-ci, ce n’est pas au prix d’un câble digne d’un coaxial blindé.

Concernant les jeux, puisque c’est quand même une de ses vocations premières, je ne sais pas si je pourrai départager le SteelSeries et le Corsair. Est ce qu’on gagne vraiment en réactivité ? Ce serait plutôt à un joueur pro de répondre, et encore (ils sont souvent sponsorisés par une marque, alors leur avis risquerait d’être biaisé). Les touches répondent hyper bien mais il me serait difficile d’affirmer que ça donne un avantage incontestable en jeu. Je pense que c’est avant tout une question de feeling. En tout cas, le clavier répond extrêmement bien à toutes les sollicitations, et c’est vrai qu’on se sent rapidement à l’aide avec.

Verdict : Le SteelSeries Apex M800 est un excellent clavier mécanique, capable de satisfaire de nombreuses utilisations, et de contenter les plus gros geeks grâce à ses loupiottes ultra-personnalisables. J’ai particulièrement apprécié la faible hauteur de ses touches, qui convient beaucoup mieux à mes habitudes que d’autres claviers mécaniques, et regretté l’absence de repose-poignet, qui, s’il n’est pas indispensable, aurait été un plus appréciable. L’Apex M800 est disponible à partir de 140€ environ à ce jour.