24th Jan2016

La Wii U, pire console de Nintendo ?

by Alphajet

wii-u-2012

Ces derniers jours fleurissent régulièrement des news sur la remplaçante de la Wii U, connue sous le nom de code « Nintendo NX« . Ce projet, initié sous la direction du regretté Satoru Iwata, est censé relever la situation commerciale décevante de la Wii U. Je me passerai pour l’instant de commenter ces « informations » qui font avant tout le jeu des sites d’actualité sur le jeu vidéo, et se basent bien souvent sur des bribes de rumeurs, étirées et amplifiées… La seule chose qui semble à peu près certaine, c’est que Nintendo s’apprête effectivement à annoncer sa nouvelle console de jeu cette année, et qu’a priori, elle entend bien remplacer la Wii U.

Or la Wii U a tout juste un peu plus de 3 ans, et si les rumeurs anticipant une sortie fin 2016 s’avéraient juste, cela représenterait le cycle inter-génération le plus court dans l’activité de Nintendo. Alors que la Wii U n’a franchi le cap des 10 millions d’unités vendues que l’année dernière, elle semble loin de pouvoir rattraper la mal-aimée Gamecube, écoulée à plus de 21 millions d’exemplaires. Comment expliquer ce naufrage industriel – en tout cas en apparence – dont le remplacement potentiellement précipité ressemble tout de même à un aveu d’échec de la part de Nintendo ? J’y vois plusieurs raisons, mais de mon point de vue la cause principale s’explique par une mauvaise stratégie marketing et commerciale de Big N…

1. Un concept encore et toujours mal expliqué

Je l’ai dit quand elle est sortie, et le constat n’a toujours pas changé, la Wii U a bénéficié d’un mauvais nom et d’une piètre définition de ses spécificités. En fait, l’erreur de Nintendo aura été de rester le cul calé entre deux chaises, tel un Jean-Claude Van Damme, mais sans les muscles. Et ça fait mal. En effet, comment renier les ventes démentielles d’une Wii (plus de 100 millions vendues !) et de son concept casual gaming qui aura su séduire un public plus large, tout en cherchant à reconquérir le coeur des « purs gamers », ceux qui s’étaient entretemps reportés sur la Xbox 360 et la PS3? Et bien en conservant un nom quasi-identique à la Wii, en communiquant dessus en insistant sur la rétrocompatibilité des accessoires et des jeux Wii tout en tentant d’expliquer la révolutionnaire « mablette », le Wii U Gamepad et son écran tactile. Cette communication confuse, la Wii U l’a trainée comme un boulet auprès du grand public jusqu’à aujourd’hui, mais bien pire, auprès des développeurs tiers à mon avis.

Le problème, c’est que pour populariser un concept, il faut qu’il soit limpide aux yeux des gens, en plus d’être évidemment attirant, sinon c’est la gamelle assurée.

2. Un Gamepad encore et toujours sous-exploité

En dehors de performances améliorées, LA différence entre la Wii et la Wii U : c’est le gamepad. La promesse de jeux avec un gameplay asymétrique, où un joueur pourrait en affronter d’autres en jouant au stylet sur l’écran tactile, ou encore de situations ou l’apport d’un second écran apporterait un plus incomparable par rapport aux autres consoles en étant dépourvues. Mais c’est la plus grosse claque que Nintendo ait prise depuis le Virtual Boy…

Quand je pense qu’un des jeux ayant le mieux su exploiter cette manette particulière est … Zombi U, développé par Ubisoft, j’en pleure encore des larmes de sang ! Non pas parce qu’un développeur tiers avait compris l’intérêt de cet écran supplémentaire, mais parce que l’échec commercial de ce jeu – en grande partie du au mauvais positionnement de Nintendo selon moi – a conditionné la défection de tous les gros éditeurs tiers l’un après l’autre… et n’a toujours pas attiré de développeurs indépendants audacieux par ailleurs, virage que la Xbox One et la PS4 ont clairement su négocier, elles. Quel est le seul titre du Top 10 des ventes de jeux Wii U a vraiment exploiter le Gamepad ? Super Mario Maker, hit critique et commercial, sorti… fin 2015. Non, mais bravo Nintendo, vous avez vraiment su montrer la voie aux autres avec un médiocre Nintendo Land ou un tellement classique New Super Mario Bros U.

ZombiU_Gamepad

Et si Zombi U avait été mieux fini et vendu, la carrière de la Wii U aurait elle connu une autre trajectoire?

Pourtant, j’aurais tant rêvé de jeux de stratégie, tel un Dungeon Keeper-like version Wii U, ou même pour taper dans le classique triptyque FPS-Militaro-Moderne, un shooter où un rôle serait consacré à l’organisation de l’équipe sur la map. Vous n’avez jamais imaginé un CounterStrike où un commandant se chargerait de mobiliser ses troupes en fonction de sa large visualisation du terrain, pouvant amener support et munitions sur le terrain ? Bon ok… certains l’ont déjà fait, mais pas vraiment sur console ! Même des jeux du type gestion/construction de villes comme Cities Skylines ou Rollercoaster Tycoon auraient pu trouver leur place sur cet écran. C’est MA plus grande déception. Nintendo n’a tout simplement pas su vendre son gamepad, ni dans ses propres jeux, ni à ses partenaires.

3. Une image passéiste

Cela n’a pas échappé à grand monde, Nintendo est le seul développeur à pousser sa Wii U, recyclant à tour de bras ses licences les plus célèbres en espérant attirer le public sur sa console. Stratégie de l’échec pour ne pas tomber dans l’oubli, abreuver régulièrement les fans pour rassurer la base d’acheteurs et tenter de l’élargir. Avec le 28e épisode de Mario, le come-back de Donkey Kong, un nouveau remake de Zelda ou le classique Mario Kart promis à chaque génération. Ne nous méprenons pas, il y a d’excellents titres parmi eux, la grande majorité même, mais sans surprise… Quelle nouvelle licence aura su marquer cette génération? Splatoon probablement, quasi seul nouveau titre qu’on peut espérer revoir sur la NX. C’est tout.

Nintendo a surtout révélé son incapacité à surprendre avec ses jeux, trop coincée qu’elle est par la volonté de ne pas perdre la frange la plus jeune des joueurs – et des plus nostalgiques – en proposant des Mario, MarioKart, Donkey Kong, Kirby et autres Super Smash Bros assez consensuels, et n’apportant bien souvent qu’un lifting graphique et quelques améliorations par-ci, par-là. Même une non-joueuse comme ma femme aura su s’en rendre compte ! Un constat confirmé par les sorties régulières de vieilles gloires sur l’eshop, ratissant du catalogue de la NES jusqu’à la N64 pour gratter quelques euros aux vieux gamers.

Le plus gros challenge pour Nintendo ?

Après le semi-échec de la Gamecube, Iwata avait permis au constructeur d’effectuer un splendide come-back, avec la DS puis la Wii. Paradoxalement, ces succès sont en partie la cause de la déchéance de la Wii U. Car au fond, la console en elle-même n’est pas mauvaise, elle avait même de sérieux atouts pour s’imposer et marquer sa différence : la promesse d’un gameplay encore renouvelé et un prix d’appel intéressant. Mais Nintendo s’est retrouvé à l’évidence coincé entre deux générations, entre deux types de public, et entre deux façons de jouer. La Wii U cristallise l’impossible pari de concevoir une « Wii pour joueurs hardcore », deux philosophies visiblement trop opposées pour fonctionner. Du moins, pas avec un concept si mal expliqué et un gamepad original si sous-exploité.

Je suis réellement triste de cette situation car le marché des consoles à trois constructeurs me semble plus sain qu’un monde où seuls Microsoft et Sony viendraient à lutter sur le marché du jeu vidéo. Nintendo reste un acteur majeur et j’aimerais qu’il le reste, pour éviter de suivre la même trajectoire que feu-Sega, disparu il y a une quinzaine d’années maintenant. Ce qui me fait d’ailleurs penser que la lutte Playstation/Xbox dure désormais depuis plus longtemps que la période sur laquelle l’ancienne guéguerre Nintendo/Sega avait pu s’étendre. Une page s’est vraiment tournée, et Nintendo a bien intérêt à s’en rendre compte…

Je ne sais pas si la NX saura retrouver le chemin du succès, mais ce qui est certain c’est qu’un destin similaire à la Wii U pourrait probablement enterrer définitivement Nintendo. Jusqu’à maintenant, la firme a toujours sur rebondir après ses échecs, se remettre en question et se renouveler à travers des idées originales et différentes. Je suis effectivement convaincu que c’est la seule voie que Kimishima, Miyamoto et leur bande devront emprunter pour donner un nouvel élan à la marque. Wait and see…

Pour illustrer mon propos, revoyez une des premières vidéos commerciales de la Wii U, et de ses nombreuses promesses non tenues…