28th Fév2011

About Torment

by Alphajet

Torment et moi sommes acolytes (et non pas alcooliques) de jeu vidéos depuis 94. C’est cette année là que je l’ai rencontré, et je dois dire qu’on s’est rapidement trouvé des affinités. Je me demande si ce n’est pas grâce à lui que je me suis rendu compte que j’appréciais vraiment les jeux vidéo. OK, à cet âge, tout le monde aime les jeux vidéo, mais ce que je veux dire, c’est que ça me bottait vraiment. Oh bien sûr j’avais d’autres passions, mais Torment lui, était un grand fan et quelque part il a cultivé cette attirance chez moi, parce que je pouvais la partager avec lui.

On s’est donc régulièrement retrouvé chez lui, dans sa caverne où trônait son écran 17 pouces, ou chez moi à se montrer l’un et l’autre nos jeux, et discuter de notre expérience. Aujourd’hui, je pense sincèrement que si on se présente à vous sur ce blog, c’est grâce à ça.

Torment donc (qui a usé d’autres pseudos comme Maëlstorm ou Lachdanan), a baigné dans la technologie depuis son plus jeune âge. Tout comme moi, il s’est fait les dents sur la NES, puis plus tard la SNES. Mais plus tôt encore, il a pu toucher à des PCs. Je crois que c’est ce qui l’a rendu si éclectique dans ses choix aujourd’hui, puisqu’il est autant capable d’investir des heures dans un bon RPG sur PC que se marrer 15 minutes sur WarioWare Smooth Moves sur Wii.

Mais revenons à nos bénies années 80 un instant. C’est là où le jeune Torment alla en secret ouvrir son cadeau d’anniversaire qu’il avait découvert dans une cachette avant la date fatidique, et feuilleter le manuel de … Zelda ! Probablement le jeu qui lui a fait aimer les RPGs.

Après la NES, la Super Nintendo lui lima longtemps les empreintes digitales de ses pouces, après des heures d’entrainement sur Street Fighter (il ne fut cependant que le 2e meilleur joueur que je connaisse haha), ou éveilla ses sens amoureux face à Super Metroid.

Progressivement, le PC prit une plus grande place dans sa ludothèque, car il pouvait exprimer sa passion des sous-marins à travers ce grand jeu que fut Aces Of The Deep. Et oui, Torment fait partie de cette élite de commandants de sous-marins virtuels dont le seul survivant reste Silent Hunter V, installé évidemment sur sa machine actuelle. Mais ce sont également les Point&Click, qui ont glorifié les années 90 qui l’auront fait marrer (LucasArts!) et captivé (Gabriel Knight). Puis ce furent les STR, autre genre phare de Torment, qui a usé son clic gauche de souris sur Command&Conquer et ses spin-off Red Alert, puis Warcraft 2, Starcraft, Age of Empires…

S’ensuivent des détours plus classiques, par les FPS en vogue du moment comme Quake3 ou Counterstrike, mais il y a plus participé pour profiter des LAN Parties que par réel intérêt, et enfin un exil au Québec pour quelques temps.

Le temps de revenir avec une formation, un boulot, un appart à Paris… et donc l’achat d’un écran Dell 30″, d’une TV de 52″, d’une Wii, une PS3… Et depuis, il meuble sans peine ses soirées après le métro/boulot et juste avant le dodo 🙂

Tout ça pour dire qu’au delà de son expertise en simulation sous-marine, Torment est un réel touche-à-tout et qu’il a développé une culture profonde et sincère du jeu vidéo. Ne comptez pas sur lui pour aller systématiquement vers le consensus, il a toujours un avis franc et personnel, et si un jeu le fait chier, il ne se privera pas pour le dire!

Si Casual Hardcore Gamer voit le jour, c’est en grande partie grâce à lui, j’espère que vous aimerez ses fines analyses comme je m’en délecte 😉