01st Avr2014

Saison Casual F1 2013 : E02 Sepang

by Alphajet

F1_2013_sepang_01

Bon dernier au championnat du monde de F1 2014, je décolle pour la Malaisie. Ahh la Malaisie, ses plages de rêve, ses célèbres tours jumelles Petronas, ses Boeing disparus… Mais je ne suis pas là pour ça, direction la piste de Sepang, qui présente un tracé intéressant avec deux longues lignes droites et des longs virages rapides.

Le briefing

Après mon fiasco australien et ma disqualification, je prends bien soin de NE PAS TOUCHER le setup de mes pneus pour l’instant. Mon boss Franckie, condescendant – et plutôt réaliste à propos de mes capacités – me fixe une 17e place comme objectif de course. Bien loin de la 12e place visée à Melbourne. Mais bon, cette fois ci je me dis que c’est faisable de pointer le museau de ma F1 devant les Caterham et autres Marussia.

De mon côté, je ne me suis pas entrainé depuis deux semaines, et je lance ma voiture sur la piste pour faire une reconnaissance de la piste, croyant être tranquille dans une session d’essais libres…

La qualif’

…Et en fait pas du tout, je me rends compte que j’ai du toucher un paramètre que je n’aurais pas du quelque part, et que je me retrouve directement en session de qualification pour un tout petit quart d’heure !! Encore une fois, j’ai du mal à me retrouver dans les menus de configuration de F1 2013, et si j’ai bien un reproche à formuler (ahem…) au jeu en lui-même, c’est celui-là. Ou alors je suis pas doué.

Bon, alors il ne reste plus qu’à faire au mieux pour en même temps prendre des repères sur la piste et tenter de décrocher mieux qu’une dernière place sur la grille. Mauvaise nouvelle, il pleut. En même temps, en Malaisie, il fallait s’y attendre. Chaussé en pneus intermédiaires, je fais mon possible pour trouver des vitesses de passage adéquates. C’est pas toujours évident en ayant juste quelques minutes d’apprentissage : j’essaie surtout de ne pas glisser dans les graviers!

Pas d'exploit en qualif, c'est en course que je me suis étonné !

Pas d’exploit en qualif, c’est en course que je me suis étonné !

J’essaie de suivre le rythme de certains de mes adversaires quand ils me doublent, mais entre la pluie et mon manque d’habitude, je n’arrive même pas à m’approcher des plus mauvais chronos. Je me qualifie donc en … 22e et dernière position.

La course

Bon, au moins le temps et sec pour ce dimanche de course, et la pluie n’est pas annoncée. Stratégie de course : départ avec les pneus les plus performants et arrêt au 8e tour sur 14. Allez c’est parti pour le départ! Je prends un envol moyen et je me déporte rapidement sur le côté droit de la piste. J’ai remarqué que mes adversaires cherchaient avant tout à prendre la bonne trajectoire, qui à ne pas tenter de dépassement. C’est ce que je fais immédiatement en freinant tard, et en 2-3 virages, je passe de la 22e place … à la 7e !!

Pour la première fois, je suis dans les points. Mais alors que les écarts commencent à se creuser, je me rends bien compte que je ne rattraperai jamais les 6 premiers. Par contre, Massa et sa Ferrari rouge vif se pointent très près dans mes rétros à chaque sortie de virage. Heureusement, j’arrive à le maintenir derrière moi en profitant de la largeur de la piste. Ca « roule » pendant quelques tours, mais la pression de Massa finit par me faire craquer et je sors très large dans un virage…

Malheureusement en revenant sur la piste, je touche un adversaire qui n’a pas ralenti… et j’écope d’une pénalité de 10 secondes sur mon temps final! Dégouté, je me résous à me dire que je ne marquerai pas mes premiers points sur ce grand prix, même si pour l’instant j’oscille entre la 10e et la 11e place, à la bagarre avec les Force India. Chaque fois que je me rapproche un peu, ou que je dépasse, je commets une petite erreur ensuite. Je me rends compte que je n’arrive pas à avoir la constance nécessaire sur la piste pour l’instant.

Des erreurs qui se paieront cher...

Des erreurs qui se paieront cher…

Or la régularité et la précision sont indispensables à un bon résultat. On passa la mi-course et il est temps de procéder à mon premier arrêt au stand, qui se passe de façon impeccable, même si c’est pas si évident de savoir à quelle vitesse rentrer pour éviter de se planter dans un mur juste avant l’arrêt! Jusqu’au 12e tour, j’arrive tant bien que mal à maintenir ma position mais… une fois encore , sous la pression je commets une grossière erreur qui m’envoie dans le bac à graviers. Cette fois-ci encore, je tente un geste inconscient en me jetant sur la piste en tentant de bloquer les concurrents derrière moi, mais un des autres fous du volant dont je tairais le nom (et surtout parce que je ne m’en souviens plus) me percute.

Franchement mon geste était très moyen mais le sien vraiment pas mieux … et je me prends ENCORE une pénalité de 10 secondes. Je me retrouve finalement 15e, juste devant mon coéquipier Castor, position que je finis par conserver tant bien que mal jusqu’à la ligne d’arrivée. Verdict final, pénalités incluses, c’est une 17e position ! Finalement je remplis mon objectif de pauvre.

Bilan de cette 2e course : encore pas mal de manque de maitrise du jeu en lui même (configuration des courses, réglages de la voiture…), et surtout de fébrilité dans la course elle même. Par contre, mes temps au tour se sont largement améliorés et je sais désormais que je peux tout à fait rivaliser avec ce niveau d’IA. Rendez-vous dans une semaine sur la chaude piste de Bahrein, au moins je suis certain de ne pas y trouver la pluie!