30th Août2013

Critique Casual : Duck Tales Remastered

by Alphajet

Duck-Tales-Remastered_01

Duck Tales Remastered

Sortie
Août 2013 Supports PC, PS3, Wii U, Xbox360
Par les mêmes gars Double Dragon Neon, Mighty Switch Force, The Smurfs 2
Alternatives Rayman Legends, Trine 2, Epic Mickey : le retour des héros

C’est l’plus grand boss de toute la ville, Picsouuuu, Picsouuu ! Ah ce vieux générique Disney résonne encore dans ma tête, toute comme l’excellente bande son réalisée par Capcom à l’époque sur Duck Tales, sorti sur NES en 1990… ouïe ouïe ça ne me rajeunit pas, une fois de plus, parce que c’était un de mes titres préférés sur la console de Nintendo. Et pour lui rendre hommage, c’est donc sur Wii U que je m’y suis essayé, après avoir craqué au préalable sur l’eshop à mon retour de vacances…

Duck Tales Remastered reprend de façon très proche le concept de son ancêtre. Il s’agit d’un jeu de plateformes qui a pour particularité de ne posséder « que » 5 niveaux (plus un dernier accessible une fois les autres terminés), tous accessibles dès le départ et dans n’importe quel ordre, un peu à la manière d’un Megaman. Ces « tableaux »  – comme on disait à l’époque – sont assez vastes et une carte permet de s’y repérer. Mais la principale caractéristique du jeu, conservée à l’identique, est qu’il s’agit d’un pur « Die and Retry« , autrement dit « crève et recommence charogne » en français dans le texte.

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec l’idée, il s’agit de ne proposer aucun point de sauvegarde dans les niveaux. Par conséquent, chaque fois que les 2 ou 3 vies sont épuisées, il faut refaire le niveau dans son intégralité! Et oui ce qu’on pourrait considérer aujourd’hui comme une facilité du développeur pour augmenter artificiellement la durée de vie du jeu pouvait à l’époque se justifier par la plus grande difficulté à gérer des sauvegardes sur cartouche. Aujourd’hui, je pense qu’il s’agit à la fois de conserver le gameplay tel qu’il était, mais aussi d’éviter de devoir rendre le jeu trop facile si des checkpoints étaient ajoutés, ou bien d’avoir à développer des niveaux supplémentaires. Pas vraiment l’idée d’une « remasterisation ».

Le vieux papy Picsou (Scrudge Mc Donald en VO) a toujours un bon swing malgré les années!

Le vieil oncle Picsou (Scrudge Mc Donald en VO) a toujours un bon swing malgré les années!

Le gameplay de DTR est assez simple, NES oblige, mais pas pauvre. En effet, il faudra manier le saut pogo avec précaution lors des passages de plateforme délicats, et faire preuve d’une grande précision et dextérité pour éliminer les hordes d’ennemis, qui parfois réapparaissent à l’infini. Petit apparté sur le pogo, il est possible de l’effectuer « à l’ancienne » en appuyant simultanément sur bas et un bouton pendant le saut, ou de façon plus simple à l’aide d’un simple bouton. J’ai commencé avec la vieille méthode, mais j’ai laissé tombé quand je me suis rendu compte que la précision et le timing demandés étaient parfois difficiles à conjuguer. Il faut dire que parfois les sauts et le positionnement par rapport aux ennemis sont limites punitifs, mais bon…

En revanche, j’ai sincèrement apprécié le fait que le gameplay et l’ambiance originales soient vraiment respectées. Un gros bravo pour les musiques qui sont remixées avec goût et m’ont rappelé de bons souvenirs (ah le niveau Moon!) – de toute façon la fibre retrogaming est exploitée à fond!! Esthétiquement c’est réussi aussi, et je dirais que tout le monde, des plus jeunes aux … moins jeunes peuvent apprécier le style cartoon.

D’ailleurs, pour moi ce remake se destine avant tout aux anciens qui veulent retrouver leurs sensations d’antan, ou aux jeunes qui voudraient découvrir un bon plateformer à l’ancienne. Les plus petits peuvent le tenter en facile, en revanche les niveaux de difficulté supérieur offrent un challenge plus corsé. Attention, je trouve que tous les niveaux ne sont pas égaux ; la mine me semble être celui à attaquer en premier pour se faire la main.

Au final, ce Duck Tales Remastered m’a quand même plutôt réjoui, même si j’ai un peu crisé au départ sur la maniabilité parfois frustrante, mais au moins fidèle à l’original.

Quelle dose ?

Assidu Principe de « Die and Retry » oblige, ce Duck Tales Remastered vous imposera de jouer au minimum 30 minutes pour espérer venir à bout d’un niveau. Mais comme on n’y arrive pas forcément du premier coup, cela peut vite déraper sur une bonne heure.En conséquence, ça n’est pas le jeu occasionnel parfait, il vaut mieux se prévoir un peu de temps au calme, pour éviter de s’arracher les cheveux sur les passages les plus ardus.Pour ceux qui ont le plus de temps, la découverte de tous les passages secrets et objets cachés leur donnera un os à ronger.

Quelle complexité?

Die and Retry
Le gameplay du jeu est facile à assimiler. Les directions, les 2 sauts et le coup de canne, on a vu plus complexe. Seul le saut pogo demande une bonne précision, surtout sur les bords de plateforme.3 niveaux de difficulté sont disponibles : si le niveau facile est à réserver aux enfants, les deux autres offrent un challenge tout à fait respectable.
En conclusion, une maniabilité très accessible mais le principe du Die and Retry ne plaira peut être pas à tous.

J’en verrai le bout ?

Certainement J’ai pour l’instant achevé 3 niveaux sur 6, et raté de peu la fin du 4e… Le jeu en lui même est vraiment court pour les acharnés de la plateforme, mais le fait de recommencer plusieurs fois rallonge la durée de vie à 5 à 6 heures. Je pense sincèrement en venir à bout, et c’est finalement presque motivant que le jeu soit court car son système punitif aurait pu être frustrant à la longue (qui a dit Dark Souls??!!)

Quel prix ?

Intéressant 14,99€ sur consoles et 13,99€ sur Steam. Un compromis raisonnable pour une refonte complète du jeu, mais qui conserve globalement la trame de l’original. A 10€ ça aurait été juste parfait.Mais ça reste un bon investissement à ce prix là pour profiter d’un classique dépoussiéré.

Le multi? Les bonus?

Basique Pas de multijoueurs, comme à l’époque!Concernant les bonus, ils consistent en des images et autres musiques qu’on peut débloquer au fur et à mesure dans le jeu en amassant de l’argent. Peut être un peu léger, mais à vrai dire… je ne vois guère ce qu’ils auraient pu rajouter d’autre. Peut être un mode permettant de jouer avec les graphismes originaux à la limite?

Mon impression

Du bon foie gras! Duck Tales Remastered est une petite madeleine de Proust. A petite dose, il ravivera des souvenirs délicieux de moments passés à s’épuiser sur la manette de la NES pour maitriser le saut pogo pour enfin achever ses 6 niveaux. Pas trop mal placé au niveau prix, je le conseille à tous ceux qui veulent (re)découvrir ce vieux classique, mais attention au temps nécessaire à consacrer qui impose d’y jouer sur une bonne soixantaine de minutes consécutives pour terminer un niveau.A part ça, vive les canards!