17th Juin2013

Wolfenstein de retour du cul du loup

by Alphajet

Return-to-Castle-Wolfenstein

Plus vieille que Doom, plus emblématique que Duke Nukem, Wolfenstein fait partie  de ces vieilles licences qui ne meurent jamais. Alors qu’on la croyait au fond du gouffre, un studio de développement finit toujours par l’exhumer avec de savantes incantations vaudoues-nazies. Pour ceux qui n’ont pas eu la chance de jouer à Wolfenstein dans les années 90, je rappelle qu’il est toujours considéré comme le père des First Person Shooters, terme qui n’existait d’ailleurs pas à l’époque. Bref, il a laissé une trace indélébile dans la mémoire de nombreux joueurs, dégouté nombre d’entre eux des bergers allemands et prouvé une fois de plus que les méchants fritz font toujours recette.

J’avais adoré le second épisode sorti en 2001, Return to Castle Wolfenstein. Le jeu était très rythmé, l’esthétique rappelait parfois celle de son ancêtre, et ça n’est qu’à la fin qu’il virait un peu trop dans le paranormal. Mais ça restait encore bon enfant, style Indiana Jones et l’Arche d’Alliance. Tout le contraire du reboot Wolfenstein, sorti en 2009 qui tombait complètement dans la série B de seconde zone, avec son médaillon magique (ça me rappelle un film de Jackie Chan…) même si les autres armes restaient plus ou moins d’époque… Bref, je vous fais ce préambule pour planter le décor : la licence Wolfenstein était en train de glisser vers le nanar vidéoludique.

Et l’espace de quelques minutes, l’annonce de Wolfenstein : The New Order m’avait redonné une lueur d’espoir, la sensation que peut être des développeurs nostalgiques du premier épisode sauraient retrouver un moyen de faire revivre ce nom mythique sans le piétiner. Malheureusement, la première vidéo de gameplay a déjà ruiné tous mes espoirs… Et ce n’est pas les quelques mois qui nous séparent de la sortie qui y changeront quelque chose, j’en suis convaincu.

Allez histoire de rire 2 minutes, revenons sur le pitch. B.J. Blazkowicz, le héros de la série, se retrouve propulsé dans des années 60 alternatives où les nazis auraient gagné la guerre – OK pourquoi pas – … après un coma éthylique de 14 ans. Non mais sérieux, ça serait pas une variation du bon vieux coup de l’amnésie, le sketch le plus éculé des scénarii de jeu vidéo? Bref, tel le John Spartan de Demolition Man, on réveille l’ancêtre de génie pour l’envoyer sauver le monde ; non vraiment ?? Monde qui a évolué pendant son sommeil et va devoir être libéré du joug du mal à grands coups d’explosions. Allez je mets même une pièce pour dire qu’une partie du jeu se déroulera sur la Lune (ou dans l’espace)…

Mais ce qui fait pitié, c’est définitivement l’orientation du game design qu’ont donné les développeurs. Le héros devenu définitivement débile va traverser des niveaux gris et marronnasses et démonter des mutants et des robots nazis à la chaine. Point barre. Aucune originalité, si ce n’est ce médiocre chalumeau qui servira à se créer occasionnellement une meurtrière dans une plaque d’acier…chose qui sera probablement inutile 90% du temps vu la mollesse et le bourrinisme des combats. De ce que j’en ai vu, les armes n’ont aucun feeling, et ces espèces de lasers piou-piou auraient plus trouvé leur place dans le trip revival Far Cry Blood Dragon ; quant au système de vie, il a le cul entre deux chaises entre les medikits et l’auto-régénération et n’apporte – à mon avis – rien du tout (la vie se recharge automatiquement, mais par paliers de 20 points seulement). A entendre le développeur commenter la vidéo de gameplay, j’ai eu l’impression d’avoir affaire à une bande d’amateurs se faire le « kiff » de refaire un Wolfenstein en se moquant de ses origines. Mais là où Blood Dragon jouait une juste parodie, The New Order risque certainement de très vite tomber dans le lourdingue qui ferait passer Leslie Nielsen pour un intellectuel. De la surenchère inutile façon Indiana Jones 4 quoi…

Voilà je suis dégouté une fois de plus qu’on déterre une licence pour en faire une bouse qu’on tentera de vendre grâce à un nom célèbre. The New Order récoltera un 2/5, et moi je pourrai attendre encore longtemps avant de retrouver un véritable successeur à Return to Castle Wolfenstein…

Je vous laisse juge de cette séquence de gameplay commenté…