06th Juin2012

E3 fois moins surprenant

by Alphajet

T'es pas prêt de prendre ta retraite toi

Ca y est, le coup d’envoi de l’équivalent de la Fête de la Bière pour le jeu vidéo a été donné. Attendu comme le messie par certains, détesté par d’autres, il n’empêche que l’E3 reste l’un des plus gros événements de l’année. De mon côté, je suis à la fois curieux d’en savoir plus sur la Wii U, et en même temps d’avance un peu blasé par les potentielles annonces.

D’une part parce qu’heureusement, les éditeurs n’attendent plus ce salon pendant des mois pour faire leurs annonces. Du moins, pas toutes. Mais la période traditionnellement si creuse du premier semestre est désormais mise à profit par les développeurs pour parler voire annoncer leurs jeux. Hitman Absolution, Assassin’s Creed 3, Halo 4 ou encore le très évident Call of Duty Black Ops 2,  autant de licences dont de nombreux détails ont été dévoilés au fil des dernières semaines. Traditionnellement, au summum de sa forme c’est l’E3 qui aurait du lever le voile sur ces nouveautés. Mais depuis sa mort en 2007 (le salon avait été annulé pour des raisons de coûts) et sa résurrection 2 ans plus tard, de l’eau a coulé sous les ponts.

Les producteurs de jeux se sont rendus compte qu’il était bien plus rentable de distiller des informations au compte goutte tout au long de l’année pour faire monter la pression autour de leur bébé, plutôt qu’attendre le show de Los Angeles quitte à devoir compresser sa communication ensuite. Est ce qu’il n’est pas bien plus commode de détailler un jeu qui sort à l’automne 2012 – au hasard un nouveau CoD ou AC mais ça ne sont pas les seuls – bien plus tôt dans l’année, histoire de remplir le carnet de précommandes? Car les éditeurs ont bien compris l’intérêt : de cette façon ils mesurent bien plus précisément l’attente autour de leurs produits.

Du coup l’E3 n’est plus ce mastodonte incontournable qu’il était encore il y a 6 ans ; du moins il n’est plus le seul! Les budgets communication sont étalés sur plusieurs salons comme la Games Convention ou le Tokyo Game Show, et je trouve que ça n’est pas plus mal. En revanche, ce qui me frappe en écoulant les news sur les jeux présentés, c’est la masse de suite de licences existantes. C’est moi ou aujourd’hui on ne « découvre » vraiment plus qu’un jeu sur 5 (voire 1 sur 10!)?

Castlevania, les Lapins Crétins, Luigi’s Mansion, Assassin’s Creed, Hitman, Halo, Call of Duty, Super Mario Bros, Tomb Raider, Oddworld, Epic Mickey, Just Dance, God of War, Sim City, Far Cry et j’en passe… Toutes ces licences vont recevoir une suite et font la une des sites web qui couvrent l’E3. Alors je ne dis pas que je ne les aime pas, ni que les développeurs ne font pas des tonnes d’efforts pour renouveler, « rebooter » leurs plus gros titres. Mais clairement les éditeurs prennent moins de risques et si ce qui est arrivé à 38 Studios après les ventes insuffisantes de Reckoning Kingdoms of Amalur sert d’exemple, on n’est pas près de voir arrêter pleuvoir des Super Mario Bros 32, Very Far Cry ou Halo 8…

Moi finalement, dans le line up de la Wii U, c’est finalement Project P-100 ou Tank! Tank! Tank! qui m’auront plus marqué. Non pas qu’ils soient hyper originaux en soi, mais au moins ils permettent de voir un peu autre chose que toujours les mêmes têtes.