16th Déc2011

Rayman se prend une baffe?

by Alphajet

Merci Globox pour cette illustration parfaite de mon titre!

Je viens de voir à gauche et à droite que Rayman Origins, pourtant unanimement salué par la critique, souffrait de ventes faiblardes. Bon d’abord, je tiens à rappeler encore une fois combien les premiers chiffres de ventes sont à prendre avec des pincettes géantes. D’une part ils sont communiqués pour les USA pour l’instant, ce qui n’est pas forcément représentatif du marché global et d’autre part, tous ne s’accordent pas sur les résultats. Tout simplement car on ne peut pas mesurer précisément combien il y a d’acheteurs du jeu, mais seulement combien de boites ont été vendues aux revendeurs.

Donc la précision n’est pas toujours au rendez vous. Mais si on tient compte des 300 000 ventes sur 4 semaines, doit on vraiment considérer que c’est si dérisoire que ça? J’ai l’impression qu’en cette fin d’année, les ventes faramineuses des Battlefield 3, Modern Warfare 3, Uncharted 3 et autres fameux « day one » font complètement oublier que tous les jeux ne sont pas forcément attendus dès leur sortie. Et Rayman Origins en fait clairement partie je pense.

Fin 1993 sort Myst qui sera resté le jeu vidéo le plus vendu jusqu’à l’arrivée des Sims en 2002. Aujourd’hui, MW3 dépasse ce score en une semaine de vente, mais ça ne veut pas pour autant dire que tous les types de jeux doivent suivre cette logique financière! Il y a des tas d’exemples qui montrent qu’un jeu peut se vendre plutôt constamment au fil des mois. Si on reprend l’exemple des Sims, je doute qu’il s’en soit vendu des millions dans les premiers jours ! Alors certes, c’était encore une autre époque, mais c’est surtout à mon avis symptomatique d’un jeu qui était alors nouveau et qu’il fallait que le public découvre pour le séduire. A l’inverse, Call of Duty, c’est comme une nouvelle paire de charentaises chaque année : on sait que la couleur sera un peu différente, mais on s’attend d’avance à retrouver son petit confort pour nos pieds. Les gens savent donc exactement ce qu’ils achètent et ne s’en privent pas.

Une autre explication se trouve aussi dans la campagne publicitaire plutôt light qu’Ubisoft a proposée. Je crois que je viens de voir la première pub TV sur Rayman Origins aujourd’hui seulement. Quand on connait le battage médiatique qui fait rage des mois avant la sortie des plus gros blockbusters, on comprend aussi que le retour du bonhomme sans bras ni jambes soit plus discret. C’est peut être aussi une conséquence des origines du jeu qui devait initialement être publié sous forme d’épisodes successifs, un mode de distribution pas très adapté à une campagne promotionnelle calibrée (vous avez déjà vu une seule pub sur Sam’n Max vous?). Malgré le peu de bruit qu’a fait le jeu jusqu’à maintenant, je salue quand même les journalistes qui lui ont rendu un bel hommage, et j’espère que le papy en rouge aura le bon goût d’en laisser des tonnes au pied du sapin!