23rd Oct2011

Joystick : autopsie d’une lente agonie

by Alphajet

Le dernier numéro acheté chez mon libraire, presque coupable d'abandonner le plus ancien magazine français

Nos quelques lecteurs réguliers l’auront probablement remarqué, Torment et moi jouons sur console, mais nous sommes tout de même d’assidus joueurs sur PC. Or s’il est un monument du magazine de jeu PC par excellence, encore incontournable il y a quelques années, c’est bien Joystick (en tout cas en France, je le note pour nos amis belges et québécois!). Or il n’y a pas si longtemps que ça, j’annonçais la mort du magazine Joypad, son frère spirituel pour les consoles et autre légende qui aura vu passer de fines plumes tout au long de son existence (dont un certain nombre sont toujours actifs sur Gameblog). Bref, une preuve, s’il en fallait une, que nul n’est irremplaçable, même les plus grands. Aujourd’hui, dans une sorte de lettre ouverte c’est un peu mon désaveu pour ce magazine que je fais, pour lequel j’ai pourtant une affection particulière.

Petit retour en arrière, nous sommes en 1988. C’est encore l’époque des consoles 8 bits, et les ordinateurs personnels qui commencent à se démocratiser bénéficient de plus de puissance, et séduisent un public croissant. C’est l’ère de gloire du jeu d’aventure à l’ancienne, le Point’n Click comme on l’appelle maintenant, mais également le bouillon de culture de nombreux genre de jeux qui se sont développés plus tard, avec des titres juste mythique comme SimCity, Populous, Prince of Persia… Joystick nait dans cet environnement doré, tout d’abord sous la forme d’un hebdomadaire. Mais cette formule délicate à gérer laissera sa place un an plus tard au mensuel qu’on connait encore aujourd’hui. Autour d’une équipe qui ne lésine pas sur la déconne, et qui a inspiré pas mal de rédactions, le magazine lègue sa partie consoles à Joypad pour s’imposer dans les années 90 comme la référence papier du jeu vidéo sur PC.

Canard PC, l'ex cœur de ton équipe et principal concurrent aujourd'hui, qui lui, a mieux su s'adapter au marché

Voilà pour la partie historique. Mais il faut conclure cette page de gloire en 2003, quand la grosse majorité des membres historiques de Joy s’éclipsent, suite au rachat du magazine par le terrible Yellow Media (à l’époque Hachette Médias). S’ensuit une difficile réorganisation pour retrouver un rythme de croisière, qui n’arrivera finalement jamais, car la rédaction ne sera dès lors plus jamais vraiment stable. Le problème, c’est que pendant ce temps, on est passé dans un nouveau millénaire et que la formule s’épuise progressivement. J’étais déjà prêt à quitter le navire il y a 2 ans, mais la nouvelle formule sortie en janvier 2010 a réussi à redonner un petit coup de peps salvateur… mais ce n’était malheureusement qu’un sursis. Mon abonnement est terminé, je ne le renouvellerai pas, et le numéro de novembre annonce un renouvellement d’équipe de plus. Alors je m’adresse directement à toi, cher magazine.

« Cher Joystick, je ne te reconnais plus. J’ai passé des années formidables avec toi, les kilos de papier que je stocke encore dans une cave en témoignent! Mais il y a des amours qui ne durent pas éternellement, et le notre s’est épuisé. Autrefois, je t’attendais impatiemment au début de chaque mois, prêt à déchirer ton enveloppe plastique pour sentir tes pages fraiches! Mais tu me sembles tout flétri désormais. Ce post aurait pu se retrouver dans le Courrier des Lecteurs que j’affectionnais particulièrement. Aujourd’hui, il n’est plus qu’un petit pavé inintéressant où quelques nostalgiques te courtisent encore tandis que d’autres t’abandonnent également. Est-ce vraiment le seul échange que tu as à proposer à tes lecteurs?

Joystick.fr en 2001, c'était tout simplement un des plus gros sites de jeu vidéo, loin, très loin du blog creux d'aujourd'hui

Parlons-en de l’échange : te souviens-tu du formidable site web que tu avais créé – issu de la digne lignée du BBS et du minitel – largement capable de concurrencer les Jeuxvideo.com et autres Gamekult ? Aux oubliettes! Il ne reste que ce pauvre semblant de blog même pas à jour sur jvn.com. Ridicule par le contenu, et pauvre par la communauté qui t’a délaissé pour d’autres horizons du web. Tu n’as donc pas su t’adapter au virage du web, mais le papier… tu connaissais ça sur le bout des doigts non? Non, tu persistes à diffuser des news qui n’en sont pas voire complètement à la rue (normal quand on écrit le numéro de Novembre fin-Août non?), à cultiver une opposition Mac-PC digne des années 90, ou t’enfoncer dans une lutte consoles versus PC qui n’a plus lieu d’exister aujourd’hui. Doit on par exemple vraiment attendre ton test de F1 2011 pour le numéro de Décembre, plus de 2 mois après sa sortie?

Et d’où viennent ces stupides approximations, ultime sacrifice de l’information sur l’autel du sensationnalisme, dont l’exemple suivant : « Et comme, historiquement, Blizzard sort ces jeux entre mars et avril, vous pouvez déjà commencer à fourbir vos armes […] » écris-tu à propos la date de sortie de Diablo III. A ma connaissance, le seul jeu Blizzard sorti en Mars, c’est Starcraft en 1998. Au contraire, le studio est plutôt connu pour avoir sorti des gros hits en pleine saison creuse (Diablo II, Warcraft III, Starcraft II, rien que ça…). Heureusement que ta nouvelle formule m’a au moins laissé un dossier de fond, le « Pour ou Contre » dont je me suis inspiré ici, une interview ou la rubrique « jeux indé ». Car pour le reste… A quoi bon persister avec ta « Babe du Mois » qui n’excite personne? Un « Up & Down » galvaudé au point de devenir un artifice de maquettiste pour caler 2 ou 3 news? A quoi rime ton « Top du mois », vestige des années 90 devenu caduque? Et je comprends encore moins la survie de ton « Au jour le jour », qui s’évertue à devenir complètement insipide mois après mois, entre anecdotes sur le mojito et League of Legends….

100 numéros! Un sacré "Achievement" pour l'époque. Je ne suis pas sûr que le mag arrive aux 300 désormais

Même tes tests, autrefois référence pour moi, battent de l’aile sous le poids de ton éditeur. Pourquoi imposer 8 pages de test à ce pauvre Deez sur FIFA12 alors qu’il tente désespérément de le meubler par une image pleine page d’un côté, et remplissage pathétique mais assumé sur la totalité de la seconde page? Quel avenir pour la rubrique hardware, autrefois chapeautée par des pontes comme Kant ou Caféine, qui périclite aujourd’hui entre informations en retard (tu parles à peine d’une date de sortie indéterminée pour le Bulldozer… qui est déjà testé sur le net) et dossiers techniques autrement plus complets ailleurs. Regarde ton pote Canard PC, il a tranché en créant deux magazines distincts! Ce n’est pas en feuilletant ta gloire passée dans « Et Poke et Peek » que tu écriras ton avenir.

Non, tu aurais pu l’inscrire dans le renouveau en proposant plus articles qui nous feraient voir le Jeu Vidéo sous un regard différent. Profiter de ta longue histoire pour développer des thématiques ou des rétrospectives comme IGMag a su le faire. Mais non, entre tes 6,95€ mensuels pour 88 pages (hors pubs) et les 8,50€ tous les 2 mois pour 260 pages vraiment originales, j’ai désormais fait mon choix et tu as fait le tien : celui de la facilité. Aujourd’hui, le contenu lambda que me proposes, je peux le trouver aussi bien et plus vite sur de multiples sites web alors notre histoire commune s’arrête là. Oh je sais très bien qu’occasionnellement, je craquerai encore chez mon libraire pour toi, mais ça restera une aventure d’un soir. Je te quitte en même temps que Death Pote, Sundin et Lucky, en souhaitant malgré tout bonne chance à la nouvelle équipe pour colmater les brèches du navire Joystick qui coule inexorablement. Mais dans le contexte actuel très morose de la presse, je crois que ton avenir se conjugue au passé. »

PS: j’ai quelques kilos d’anciens numéros à écouler, si ça intéresse quelqu’un!