08th Nov2012

Nouvelles du front

by Alphajet

Mais où sont passés les Casual Hardcore Gamers ?? On se fait très (très) absents ces derniers temps. Pour être francs avec vous, je pense rester le seul rédacteur sur le blog, Torment n’ayant plus écrit depuis longtemps. Bien lui en fasse, il passe désormais beaucoup plus de temps à jouer. De mon côté, l’inspiration est toujours là, mais je peine à trouver le temps et parfois la motivation pour prendre ma plume… enfin mon clavier et vous écrire mes pensées du moment. J’ai parfois même réfléchi à arrêter le blog. Et pourtant il y a matière à écrire!

Mais c’est vrai que paradoxalement, les critiques casual/hardcore prennent beaucoup de temps. Car pour donner un point de vue suffisamment complet sur le jeu, il faut y jouer de façon approfondie mais espacée, par courtes ou plus longues sessions… Ceci dit, je pense toujours que le concept est viable! Aborder le « test » d’une autre manière, ça reste pour moi plus intéressant que les sempiternelles notes qui jugent le graphisme ou le scénario. Je pense juste ne pas pouvoir en faire hyper régulièrement.

J’aimerais trouver un format plus pratique, ou un concept qui a plus d’impact et qui me permette à la fois d’y passer peu de temps, tout en donnant une information condensée. Je pense à un format vidéo, mais je crois que ça serait malgré tout chronophage.

Dans un premier temps, je vais me borner à proposer un article par semaine, si j’arrive à tenir le rythme. Je sais qu’il y aura des ratés, mais j’aimerais consacrer au moins une bonne heure hebdomadaire à CasualHardcoreGamer. Peut être également persévérer dans des articles de fond, ou parler de l’expérience vécue dans un jeu donné de manière plus personnelle, comme on a pu le faire par le passé.

Dans tous les cas, j’espère que quelques uns prendront toujours plaisir à me lire occasionnellement 🙂

21st Sep2012

Les gamers sont-ils des haters?

by Alphajet

NB: j’ai du écrire ce post deux fois, vu que je l’ai évidemment écrit d’un bloc sans sauvegarder et que WordPress ne l’a pas auto-sauvegardé… Désolé si la qualité s’en ressent ; là j’ai vraiment risqué d’être un hater…

Ça fait quelques mois que ce sentiment me trotte dans le crane. Et croyez moi, un sentiment qui trotte, ça finit par faire un sacré boucan là haut! C’est en lisant l’article de DilanNoKaze l’autre jour que je me suis décidé à coucher mon avis sur mon blog. Pas juste pour rajouter de l’eau au moulin, mais aussi pour essayer de comprendre pourquoi ce phénomène se propage à mon goût de plus en plus. Oui, il commence à y avoir beaucoup de fébriles cracheurs dans le potage…

Tout d’abord, qu’est ce qu’un hater? Le terme provient évidemment du verbe « haïr » en anglais, et sur internet, désigne un individu qui est souvent le premier à saigner à blanc un produit, un évènement, avec une agressivité verbale assez caractérisée. Prenons un cas d’école : Diablo III. Ce jeu est passé en quelques heures du statut de « plus attendu de tous les temps » (après Duke Nukem Forever bien sûr) à « sombre bouse infâme ». Je ne renie évidemment pas le lancement assez catastrophique effectué par Blizzard, mais j’ai eu l’impression de me retrouver face à une horde de bébés de 6 mois hurlant à la mort parce que leur hochet venait de tomber de leur chaise haute… « C’est bon gamin, on va te le ramasser ton hochet! »

Assez objectivement, D3 ne mérite peut être pas une note exceptionnelle aux yeux de tous, mais il ne vaut certainement pas l’affligeant 3.8/10 sur Metacritic (note utilisateur) qui le frappe encore aujourd’hui. Quel intérêt de juger un jeu ou tout autre produit non pas sur ses qualités et ses défauts, mais simplement sur quelques heures d’indisponibilité? Cet empressement à « casser » systématiquement et gratuitement en devient fatigante. Ca a été le cas également pour la PS Vita, encensée pour son extraordinaire technologie avant sa sortie, et raillée comme le vilain petit canard quelques semaines après seulement.

Encore plus frappant, le cas qui a fait beaucoup jaser récemment, la Wii U, auto-désignée comme console « next-gen du pauvre », du genre « Nintendo c’est pour les noobs! ». Ce qui a mené à la polémique Bayonetta 2, suite visiblement attendue mais reniée pour OSER sortir en exclusivité sur la Wii U. Euh… je me souviens que quand j’étais petit, je jouais aux jeux Megadrive chez un de mes amis, parce que je ne l’avais pas. Je suis complètement favorable au multi-plateformes, seulement je ne vais pas pleurer des larmes de sang sur un jeu parce qu’il ne sort pas sur un des supports que je possède ! Je ne me souviens pas que le monde se soit écroulé quand la série Final Fantasy est passée de Nintendo vers Sony…

Comment en est on arrivé là? Moi j’y vois 2 raisons principales :

– l’accessibilité du commentaire. A l’aube des années 2000, alors que le web est encore jeune, on n’avait pas encore pris l’habitude de s’exprimer sur ce support. Aujourd’hui, on a un gigantesque mur d’expression libre avec les Facebook, Twitter, mais surtout les blogs et les commentaires sur les forums et les plus gros sites d’information. Et puis la jeune génération, elle, est née avec cette notion là intégrée et n’hésite donc absolument pas à donner son avis à chaud, brut de décoffrage…

– la société consumériste dans laquelle on vit. Je trouve que pour des gens de ma génération, dans le domaine du jeu vidéo, il y a eu une réelle évolution d’un loisir ciblé et presque élitiste à un plaisir de masse. J’ai l’impression que beaucoup de jeunes joueurs ont cette culture de l’instant : « j’achète, je joue, j’aime ou je jette ». C’est cette culture de l’immédiateté qui m’exaspère parfois, ce non-recul qui caractérise même les journalistes des sites spécialisés. On veut un jeu à l’action ininterrompue et à l’intensité maximale, il ne faut pas que ça soit trop frustrant ou trop difficile, mais pas trop facile non plus! Bref des exigences qui se traduisent en réactions souvent à la limite de la puérilité.

Ce qui me choque un peu dans tout ça, c’est que ces deux faits combinés ont un poids dans l’industrie aujourd’hui. C’est très bien que l’avis des joueurs puisse compter pour les développeurs, mais pas d’imposer cette sorte de « bonne pensée unique« . A terme, ce sont les gros éditeurs qui vont s’en emparer et prendre encore moins de risques dans leurs choix de financement! Soyons exigeants peut être, mais pas intégristes merde! Il y a suffisamment de place dans le jeu vidéo aujourd’hui pour que chacun y trouve son bonheur. Pas besoin de gâcher celui du voisin…

09th Sep2012

Offline: la Kitchen Music / le Summer Boat

by Alphajet

Parce que qu’être gamer n’exclut pas d’avoir d’autres activités, j’aimerais vous parler de temps en temps d’autre chose que le jeu vidéo. La plupart des blogs que j’ai pu suivre dans ce domaine sont soit exclusifs, soit parlent de sujets comme le cinéma, les séries ou les mangas. Et bien aujourd’hui, c’est de tout autre chose dont il est question, c’est plutôt de boeuf et de la mer.

Curieuse association me direz vous, mais c’est la combinaison de 2 initiatives : la Kitchen Music et le Summer Boat 2 à Marseille, soirée organisée par Mix en Bouche.

La Kitchen Music, c’est d’abord la promotion de la viande. Soutenue par l’Interbev (Association Nationale Interprofessionnelle du Bétail et des Viandes), l’idée était de redonner aux gens l’envie de cuisiner la viande, qui garde souvent l’image d’un produit cher, et pas très original. Oui, il y a une vie en dehors du steack haché mes amis! Des recettes originales sont donc proposées sur le site, permettant de se faire une bonne petite tranche de viande en fonction de notre humeur du moment.

Histoire de moderniser le tout, ça se télécharge sous forme de podcast: donc on se fait sa recette, le casque sur les oreilles, instructions en musique! Une idée plutôt sympa qui évite de foutre du ketchup sur votre tablette dans la cuisine.

Mix en bouche propose de son côté des soirées organisées en partenariat avec des chefs de la région marseillaise, et qui proposent un échantillon de leur cuisine. En fait, on achète des tickets et chaque plat, boisson ou dessert coût un certain nombre de tickets. Le Summer Boat, c’est la même chose, mais en version balade en mer.

A bord de L’Illienne, un rafiot de croisière dans les calanques, on est parti à 19h du quai de la Mairie pour faire un tour de Marseille du coucher du soleil jusqu’à 23h. Un tour très sympa qui donne une autre perspective de notre ville: entre le port de commerce éclairé par les grues, Notre Dame de la Garde ou la plage, jusqu’à Callelongue tout au bout de la ville où les habitants et les pêcheurs du coin nous ont salué à coups de lumière de téléphone portable au passage de notre bateau/boite de nuit.

Oui parce que tout ça se fait en musique avec un DJ sur le pont, mais surtout dans la bonne humeur (sauf toi la fille qui servait les nouilles, on t’avait mangé ton 4 heures ou quoi?). Mais avant tout, c’était bon ou pas? Honnêtement ouais! Moi qui suis allergique au poisson, pour le coup j’étais bien content de pouvoir profiter de tout. Bo Bun de veau avec des nouilles et des petits légumes ou bien le Wout Bru (un boeuf au beurre de ketchup), tout était très fin! Et pour finir, une petite tarte banane/chocolat au caramel salé de Sylvain Depuichaffray, un régal!

Alors, bilan de cette soirée? Franchement agréable avec la brise de fin d’été, le soleil en toile de fond. Bon par contre faut aimer le peuple, parce qu’on est un peu collés les uns sur les autres. Mais c’est plutôt sur le prix que j’ai tiqué… Pour 32€ la réservation qui donne accès à l’évènement, on nous délivre 3 tickets qui correspondent à… un plat et un verre de vin. Et vu la quantité d’un plat, mieux vaudra ne pas avoir l’appétit d’un Kirby si vous ne voulez pas ressortir le portefeuilles.

Au final, on s’en tire plutôt pour 45€ par tête minimum si on ne veut pas finir au premier Quick du coin de retour au port. Un peu cher à mon goût, mais la qualité et la convivialité sont là. Rendez vous l’année prochaine!

J’en profite pour faire un petit point sur le blog : j’étais parti en vacances (un vrai bonheur, merci!) et j’ai laissé les articles un peu au point mort. Mais j’espère me reprendre pour cette rentrée et vous proposer la suite de ma série sur la presse jeux vidéo ou encore vous parler de New Super Mario Bros 2. A noter aussi que je me suis inscrit sur Twitter, alors si vous voulez me suivre, c’est par ici!

24th Juil2012

On relance le débat n°11: les DLC

by Alphajet

Aah les DLC! Ils ont tellement fait parler d’eux ces dernières années – surtout en mal – qu’un nouveau débat les concernant parait presque superflu. Ca doit faire presque un an que je voulais aborder le sujet, donc il a eu le temps de macérer un peu dans mon cerveau. J’étais d’abord extrêmement critique vis à vis des DLC mais je dois avouer que j’ai légèrement révisé mon jugement. Le DownLoadable Content au final, est ce si nouveau que ça ?

Le pour

– Possibilité d’étendre la durée de vie d’un jeu qu’on apprécie
– Prix souvent mesuré comparé au jeu original
– Le côté pratique et rapide du téléchargement de contenu

Le contre

– Faire passer des vessies pour des lanternes en vendant plus tard une partie du jeu déjà terminée
– Les DLC rachitiques ou cosmétiques
– En gros toutes les dérives qui visent à prendre le consommateur pour un pigeon

Mon avis

Oui, moi aussi je déteste les éditeurs qui profitent du principe des DLC pour nous fourrer tout et n’importe quoi, parfois des prix délirants. Oui, je mettrai bien au bûcher Bethesda pour avoir été parmi les premiers à suivre cette voie avec leur fameuse armure de cheval, ou Capcom pour avoir été un des pires artisans de la DownLoadable Arnaque avec ses misérables packs de costumes pour personnage (qu’on débloquait auparavant en progressant dans le jeu) ou ses fameux contenus vendus plus tard mais déjà présents sur le DVD du jeu!

Mais revenons à ma question initiale : le principe du DLC est il vraiment novateur? C’est pour cela que j’illustre ce post avec Command & Conquer : Covert Operations. En tant que vieux joueur PC, c’est dans ma mémoire la première extension – add-on comme on disait à l’époque – à laquelle j’ai joué. On est alors au milieu des années 90 et c’est une pratique qui devient de plus en plus habituelle. Pour rentabiliser le travail effectué sur un jeu, l’équipe de développement prolonge l’aventure avec de nouvelles missions, une nouvelle histoire… Qu’est ce qui est vraiment différent d’aujourd’hui? A l’époque, ces extensions étaient vendues dans le commerce pour environ 15€ à 30€ avec un contenu conséquent.

Or le DLC est aujourd’hui souvent moins cher et permet aux développeurs de s’affranchir du support physique et de ses coûteux frais de distribution. Du coup les produire est plus rentable, mais ça ne me dérange pas tant qu’on en a pour son argent! Les éditeurs qui tombent dans la facilité sont évidemment à blâmer, mais bien utilisé, le DLC est un excellent moyen de prolonger le plaisir d’un jeu tout en soutenant le travail de longue haleine des développeurs.

Le constat est donc très simple, ce sont les joueurs qui doivent inciter les éditeurs à produire des contenus de qualité en les privilégiant aux cartes multijoueurs à 3€… Et vous, vous en dites quoi?

13th Juil2012

Vapeurs d’été

by Alphajet


Il fait chaud dans le Sud en ce moment. Ca explique peut être le manque d’article sur CasualHardcoreGamer? En partie seulement, je dois avouer que je suis très pris en ce moment, ni très souvent chez moi pour diverses raisons. Par la force des choses, je délaisse donc un peu le blog en ce moment, bien que ça me démange quand même. Mais la chaleur fait transpirer aussi nos portefeuilles en ce moment, avec les soldes qui ont plutôt été un bon cru cette année, à mon humble impression.

Et ce sont les désormais classiques soldes d’été qui s’ouvrent pour 10 jours sur Steam. A noter que cette année, une nouvelle fonctionnalité : le choix de la communauté. Elle permet de voter parmi 3 jeux toutes les 8 heures pour en officialiser un pour son prix particulièrement attrayant ou tout simplement parce qu’on le kiffe sa race. C’est d’ailleurs Trine 2 qui fait la une en ce moment, et je ne peux que vous encourager à le découvrir pour seulement 3,24€. L’ami Sylvain a d’ailleurs fait son analyse du premier épisode récemment, et je vous garantis que le numéro deux le sublime et corrige tous ses défauts majeurs.

Mais ça n’est évidemment pas tout et cette première journée récompensera aussi les fans de Total War avec un fracassant -75% sur tous les produits Shogun 2, Portal 2 au prix cadeau de 4,99€ ou le très fun Terraria que vous pourrez découvrir pour 2,49€. Pour ceux qui souhaiteraient délester leur portefeuilles, le récent Ridge Race Unbounded offrira ses décors orangés pour 24,99€ mais c’est aussi la rarement soldée série Call of Duty, avec Modern Warfare 3 qui risque d’en séduire plus d’un en étant facturé 29,99€.

Le très très vendu Skyrim se trouve à -33% ce qui le ramène à environ 33€, mais je vous conseille d’attendre la fin des soldes avant de le prendre, il pourrait même tomber à -50% l’occasion d’un jour.

Bref, vous l’avez compris, si vous ne partez pas en vacances, en tout cas vous pourrez perdre des heures et des heures devant votre PC pour moins cher qu’un week end en Bretagne.

04th Juil2012

La révolution est en marche

by Alphajet

Le cloud gaming? Oui mais à un horizon un peu lointain

Non, point d’Adam Jensen ici, encore moins le nom de code d’une console de Nintendo. Non, je vous parle du fait que la plus grande révolution du jeu sur console est en marche. Une révolution dont les prémisses se déroulent en coulisse, presque en catimini. Ce dont je parle, c’est le rachat par Sony de Gaikai, une des sociétés leader du cloud gaming. Vous doutez de ce que je vous dis? Alors lisez la suite.

Depuis leur naissance, le modèle de vente des consoles n’a presque pas évolué : les constructeurs vendent une partie hardware toujours plus puissante, pour pouvoir vendre des containers de jeux toujours plus beaux. Depuis quelques temps, le téléchargement de jeux prend une place plus importante sur console – bien qu’il soit très bien implanté sur PC depuis quelques années déjà. Avec le succès du Xbox Live Arcade et du Playstation Store, voire même du Wiiware, on commence déjà à voir poindre une amorce de virage.

Le virage du tout dématérialisé. Si Sony ne compte certainement pas l’imposer dans l’immédiat, le rachat de Gaikai prépare définitivement l’avenir. Et le deuxième effet kisscool, c’est de couper l’herbe sous le pied d’un concurrent gênant. Sony fait d’une pierre deux coups en acquérant l’expertise d’un des spécialistes de ce nouveau marché, et évite d’avoir à l’affronter dans les années à venir. Les 380 millions de la transaction représentent même plutôt une bonne affaire. au final!

Mais je trouve que les conséquences de ce rachat restent plutôt mal comprises par les sites qui ont relayé l’information. Certains imaginent que Sony lancera peut être le service dès la PS3, d’autres qu’il sera disponible au lancement de la PS4. Mais rappelons le principe du cloud gaming : il s’agit de la « vidéo à la demande » du jeu vidéo. Le distributeur du service héberge une énorme quantité de serveurs à la puissance combinée phénoménale. Une fraction de cette immense capacité de calcul est mise à disposition de chaque abonné qui reçoit le flux du jeu vidéo de son choix.

En d’autres termes, ça signifie que si je lance God of War sur ce service, chaque fois que je fais un pas en avant grâce à mon gamepad, ma plateforme locale (imaginons que ce soit la PS4) envoie à Sony cette information, qui recalcule l’image correspondante et la renvoie sur ma PS4 pour l’afficher.

Les deux conclusions à tirer de ce récapitulatif simpliste sont :

1 : envoyer des commandes et recevoir un flux d’image, c’est pas loin d’être faisable sur un minitel. Dommage il est mort. Mais c’est tout à fait ce que fait la nouvelle Bbox Sensation qui n’a rien d’exceptionnel sur le plan plan matériel. Sony a donc tout intérêt à lancer son service sur Playstation le plus tard possible pour rentabiliser les énormes investissements matériels et en R&D qu’elle doit requérir. Souvenez vous du prix initial de 600€ de la PS3, pourtant vendue à perte! Or il faut vendre des jeux plus beaux, qui seront le fer de lance de cette nouvelle console! Qui investirait plus de la moitié d’un SMIC pour jouer à un jeu qui tournerait sur une box ADSL?

2 : ce type de service ne peut réellement se développer qu’à une seule condition. C’est que la qualité des connexions du plus grand nombre s’améliore considérablement. Oh les parisiens fibrés ne devraient pas trop s’en inquiéter, mais l’essentiel de la population française reste en technologie ADSL pour quelques années encore. Or pour faire passer un flux 1080p, et encore largement compressé, il faut au moins 4 à 5 Mbits. J’ai du mal à être convaincu qu’un géant comme Sony serait prêt à se priver d’une partie non négligeable de son public en imposant le modèle tout dématérialisé.

Voilà deux bonnes raisons qui à mon avis prouvent que Sony, sauf s’il y est contraint par la concurrence, risque de patienter plusieurs années avant d’imposer ce nouveau modèle. Seul l’avenir nous dira si je me suis lamentablement planté ou non.

28th Juin2012

3S XL mais minimum

by Alphajet

Esthétiquement je trouve que le pari est réussi

Nintendo n’avait donc pas eu assez de l’E3 pour caser ses annonces. Ou plutôt n’a pas voulu jouer avec le feu et a concentré tous ses spotlights multicolores sur la Wii U. C’est donc une dizaine de jours plus tard seulement que la 3DS XL est annoncée pour une disponibilité en plein milieu de l’été. Alors bien sûr, au delà de l’étirement des écrans, c’est l’absence du 2e stick analogique qui est au coeur des débats. Véritable drame pour certains, amputation pour cause d’économie pour d’autres, volonté de Nintendo de ne pas décevoir (une fois de plus… souvenez vous du prix de 250€ au lancement) les possesseurs de 3DS qui se sentiraient lésés autrement.

Pour moi, la question cruciale c’est quand même de savoir s’ils oseront le Circle Pad XL !  Et surtout le jean XXL nécessaire pour pouvoir ranger tout ça dans une poche…. Bon le pire c’est que les dernières news sorties tendent à dire que oui. Décidément Nintendo a l’art et la manière d’essayer de concilier tout le monde. Mais comparons son attitude par rapport à la sortie de la DS première du nom. A l’époque, le concept du double écran est très original et surtout très novateur au niveau gameplay. Combiner l’écran tactile avec un autre écran au dessus rappelait à la fois les Game & Watch, mais proposait surtout d’explorer de nouvelles possibilités de jeu. Quand le papa de Mario revoit sa copie, c’est en profondeur avec la DS Lite (c’est la version que j’ai achetée). Design entièrement revu pour être plus compact, mieux fini, plus classe, c’est encore une réussite totale. Et un certain nombre parmi ceux qui avaient investi dans celle qu’on a appelé la « DS Tank » ont fini par racheter une DS Lite, DS XL ou DSi.

En comparaison, la 3DS apportait beaucoup moins au niveau gameplay qu’au niveau technique. Après tout, la 3DS est un peu une sorte de DSi boostée à laquelle on aurait greffé un écran 3D. Mais ça serait méchant de dire ça…quoique, je suis un peu méchant 🙂 ! Bref, après un an d’utilisation, j’apprécie ma 3DS mais fondamentalement ça n’est pas une révolution. Et qu’apporte cette version maxi? Le confort de deux écrans plus grands évidemment, ça a déjà été constaté sur la DS XL. Mieux, l’effet 3D semble plus supportable sur cette version – j’avoue que j’ai parfois les yeux qui pleurent avec ma 3DS! En dehors de ça, pas grand chose à signaler? Et bien moi j’ajouterai que le confort des mains doit certainement être amélioré. Je ne sais pas pour vous, mais même si je n’ai pas des mains de gorille, mes doigts ont tendance à se fatiguer en jouant à la 3DS, un peu recroquevillés sur eux même. Je n’irai pas jusqu’à dire que ça me filera de l’arthrose, mais il est très probable que la version XL soit plus agréable de ce côté là.

Au final, est ce que ce « Maxi Best Of 3DS » me tenterait? Certainement pas. C’est une sorte de version canapé de l’originale, plus destinée à profiter d’un Mario ou d’un Layton vautré sur un pouf que pour jouer dans le métro. Et si elle est tout à fait valable pour quelqu’un qui ne possède pas encore la 3DS, elle n’apporte rien d’attirant pour les autres. Nintendo a donc changé d’optique et préfère stabiliser sa base désormais solide de joueurs en attendant encore un ou deux ans pour faire évoluer sa portable plus en profondeur. Probablement que le succès très modéré de la PS Vita joue en sa faveur…

12th Juin2012

E3 2012: pas si mémorable?

by Alphajet

Une certitude en 2012, le noir laqué n'est pas passé de mode

Cette édition du salon aux trois E, toujours à Los Angeles même s’il se murmure un déménagement pour l’année prochaine, est désormais terminée. Un cru 2012 pas mauvais, mais pas non plus très surprenant, comme je l’expliquais dans un précédent post. Alors quelles sont les pépites et les tendances que je retiendrai de cet E3?

Commençons par la Wii U, qui était attendue au tournant puisqu’elle devait y être présentée en détail. A-t-elle réussi à être le clou du spectacle? Oui et non… De mon point de vue, Nintendo a fait des pieds et des mains pour la caler le cul entre deux chaises : protéger le public étiqueté « Casual » de la Wii tout en reconquérant les joueurs aux bras tatoués et aux mains transpirantes. C’est une stratégie qui peut s’avérer risquée. En espérant satisfaire tout le monde, Nintendo peut très bien se retrouver à ne plaire à personne. La seule clé pour répondre à la question « la Wii U sera-t-elle un succès? », c’est la qualité des jeux qui seront proposés. Casual ou Hardcore peu importe du moment que les titres font vraiment la différence.

Et pour soutenir le vieux constructeur japonais, c’est Ubisoft que j’ai trouvé le plus dynamique pendant l’E3 et je ne suis pas le seul. L’éditeur français (allez chantons une Marseillaise en choeur!) a réussi à tirer son épingle du jeu, en s’appuyant sur ses licences fortes (Assassin’s Creed 3, Far Cry 3, Just Dance 4, Splinter Cell Blacklist) mais aussi et surtout sur une nouveau titre qui m’a fait forte impression : Watch Dogs. Avec son univers sombre et interconnecté qui rappelle Deus Ex, ou Syndicate, et sa réalisation déjà très réussie, on peut s’attendre à un grand jeu mais pas avant un moment. En tout cas, ça prouve bien qu’on peut encore produire de gros titres sans rajouter un numéro à une licence existante.

Mais pour revenir à la Wii U, j’ai été rassuré de voir que l’on pouvait connecter deux Wii U gamepad sur la console, et que leur forme avait encore évolué depuis la dernière présentation. Ca prouve bien que Nintendo travaille dur pour proposer le produit le plus abouti possible (et éviter l’effet « Circle Pad Pro » de la 3DS?), comme par exemple utiliser deux sticks analogiques, ou encore le Wii U Pro Controller. Là où j’ai été plus déçu, c’est que le constructeur compte plus sur ses partenaires pour soutenir le lancement de la console, car même s’il y aura bien un très mignon Super Mario pour accompagner la console, Pimkin 3 et NintendoLand m’ont laissé bien froid.

Côté Microsoft et Sony, je dois avouer que je suis plutôt heureux que ni l’un ni l’autre n’ait annoncé quoi que ce soit de concret sur leurs futures consoles. Ca n’était pas le moment, et l’année dernière je tablais déjà sur une sortie fin 2013/courant 2014. Je suis donc d’autant plus conforté dans mon idée, et il est bien possible qu’un des deux constructeurs attende la fin de l’année pour gâcher le Noël de la Wii U avec une annonce fracassante. En tout cas PS3 et Xbox360 se portent toujours suffisamment bien pour supporter les grosses licences à venir.

Côté jeux donc, peu de vraies nouveautés. Parmi celles ci, on notera le surprenant Star Wars 1313, très esthétique et cinématographique mais qui m’a laissé l’impression d’un TPS trop classique sur le peu que j’ai pu en voir. ZombiU de son côté… « Well, another Zombie game… » Disons qu’on commence à être vraiment lassé de cette mode, même si dans le fond les capacités du Wii U Gamepad peuvent relancer l’intérêt. Le reboot de NFS : Most Wanted ne m’a pas semblé casser 3 jantes à une Porsche (haha), mais on connait quand même l’expérience de Criterion en la matière. Dans la catégorie « déjà présenté l’année dernière », c’est toujours Tomb Raider qui a ma préférence. La vidéo diffusée cette année confirme en tout cas mon impression plus que positive!

Rendez vous l’année prochaine donc, et je vous le parie d’avance : l’E3 2013 sera placé sous le signe de la confrontation entre les deux nouvelles consoles de Sony et Microsoft!

06th Juin2012

E3 fois moins surprenant

by Alphajet

T'es pas prêt de prendre ta retraite toi

Ca y est, le coup d’envoi de l’équivalent de la Fête de la Bière pour le jeu vidéo a été donné. Attendu comme le messie par certains, détesté par d’autres, il n’empêche que l’E3 reste l’un des plus gros événements de l’année. De mon côté, je suis à la fois curieux d’en savoir plus sur la Wii U, et en même temps d’avance un peu blasé par les potentielles annonces.

D’une part parce qu’heureusement, les éditeurs n’attendent plus ce salon pendant des mois pour faire leurs annonces. Du moins, pas toutes. Mais la période traditionnellement si creuse du premier semestre est désormais mise à profit par les développeurs pour parler voire annoncer leurs jeux. Hitman Absolution, Assassin’s Creed 3, Halo 4 ou encore le très évident Call of Duty Black Ops 2,  autant de licences dont de nombreux détails ont été dévoilés au fil des dernières semaines. Traditionnellement, au summum de sa forme c’est l’E3 qui aurait du lever le voile sur ces nouveautés. Mais depuis sa mort en 2007 (le salon avait été annulé pour des raisons de coûts) et sa résurrection 2 ans plus tard, de l’eau a coulé sous les ponts.

Les producteurs de jeux se sont rendus compte qu’il était bien plus rentable de distiller des informations au compte goutte tout au long de l’année pour faire monter la pression autour de leur bébé, plutôt qu’attendre le show de Los Angeles quitte à devoir compresser sa communication ensuite. Est ce qu’il n’est pas bien plus commode de détailler un jeu qui sort à l’automne 2012 – au hasard un nouveau CoD ou AC mais ça ne sont pas les seuls – bien plus tôt dans l’année, histoire de remplir le carnet de précommandes? Car les éditeurs ont bien compris l’intérêt : de cette façon ils mesurent bien plus précisément l’attente autour de leurs produits.

Du coup l’E3 n’est plus ce mastodonte incontournable qu’il était encore il y a 6 ans ; du moins il n’est plus le seul! Les budgets communication sont étalés sur plusieurs salons comme la Games Convention ou le Tokyo Game Show, et je trouve que ça n’est pas plus mal. En revanche, ce qui me frappe en écoulant les news sur les jeux présentés, c’est la masse de suite de licences existantes. C’est moi ou aujourd’hui on ne « découvre » vraiment plus qu’un jeu sur 5 (voire 1 sur 10!)?

Castlevania, les Lapins Crétins, Luigi’s Mansion, Assassin’s Creed, Hitman, Halo, Call of Duty, Super Mario Bros, Tomb Raider, Oddworld, Epic Mickey, Just Dance, God of War, Sim City, Far Cry et j’en passe… Toutes ces licences vont recevoir une suite et font la une des sites web qui couvrent l’E3. Alors je ne dis pas que je ne les aime pas, ni que les développeurs ne font pas des tonnes d’efforts pour renouveler, « rebooter » leurs plus gros titres. Mais clairement les éditeurs prennent moins de risques et si ce qui est arrivé à 38 Studios après les ventes insuffisantes de Reckoning Kingdoms of Amalur sert d’exemple, on n’est pas près de voir arrêter pleuvoir des Super Mario Bros 32, Very Far Cry ou Halo 8…

Moi finalement, dans le line up de la Wii U, c’est finalement Project P-100 ou Tank! Tank! Tank! qui m’auront plus marqué. Non pas qu’ils soient hyper originaux en soi, mais au moins ils permettent de voir un peu autre chose que toujours les mêmes têtes.

03rd Juin2012

Go Play One 2012

by Alphajet

Vous avez vu ce beau ciel azur?

Chers camarades, une fois de plus n’est pas coutume, j’ai eu l’occasion de me trouver sur un salon de jeux vidéo. Non, ça n’est pas l’E3, le jour où j’y serai je pense que vous serez au courant 6 mois à l’avance 🙂 C’est beaucoup plus petit mais surtout c’était, comme la semaine dernière, dans le sud, et plus précisément à Hyères. C’est la 4e année que se déroule le Go Play One à l’Espace 3000. Environ 5000m² y sont dédiés au jeu vidéo et aux univers japonais. J’ai donc profité du temps magnifique de ce samedi 3 Juin pour faire les 85km sur mon tonnerre mécanique et voir ce que cette expo avait de bien à proposer.

Ca bougeait pas mal malgré la chaleur dans la salle

Alors on y trouve quoi dans cet espace? Et bien comme souvent, un peu de tout, mais ici tout est organisé de façon impeccable. Nintendo et Microsoft avaient bien sur installés leurs stands Wii/3DS et Xbox360. On pouvait donc faire des parties de Super Smash Bros Brawl, Mario Kart Wii ou encore New Super Mario Bros Wii sur les nombreuses bornes installées. Côté Xbox360, c’est le stand Forza 4 qui était vraiment d’enfer avec ses playseats et ses volants de très bonne qualité. Mais la grosse tendance, c’était les Dance Games (Just Dance 3, Dance Central…) qui réunissent pas mal de monde, filles et garçons confondus.

Côté shopping, la Fnac aussi avait fait le déplacement mais avec un stand un peu maigre. La vingtaine de petites boutiques de T-shirts et goodies et jeux d’occasion était plus attirante pour trouver des articles sympa. Bon je n’ai pas fait d’affaire du siècle, mais les prix étaient dans l’ensemble assez bas. Franchement quand on voit que d’habitude sur ce genre de salons il faut payer 6€ un pauvre sandwich après 30 minutes de queue, ici j’ai vraiment apprécié avoir la même chose pour 2,5€ en 2 minutes. Et pourtant il y avait vraiment du monde!

Je n'ai pas participé au concours Trackmania pour ne pas les humilier, évidemment!

Du monde, mais dans une excellente ambiance comme souvent et qui ne reste pas pendant 2 heures accroché à la manette alors que 10 personnes attendent derrière. Je le signale une fois encore, l’organisation était nickel, et les concours se sont enchainés en permanence sans aucun problème. Du jeu de baston à Top Spin 4 en passant par PES 2012 ou Trackmania Canyon, il y en avait pour tous les goûts! Y compris pour les fans de Cosplay qui ont eu droit à leur concours officiel. On retrouvait même quelques vieilles consoles surfer sur la vague retrogaming.

Pour finir, je décerne deux mentions : la première pour l’atelier « cinématiques » qui proposait de faire des vidéos grâce à des moteurs de jeux. Ludique, instructif et très sympa, c’est le Machinima, bravo pour cette initiative! Enfin, c’est le directeur de l’école Créajeux et du studio Galhmac Games que j’ai rencontré. Un vrai passionné qui a investi son temps et son argent pour développer le jeu vidéo dans le sud de la France. Le jeu Exodus était notamment présenté, réalisé par certains étudiants de l’école : un plateformer old school qui sera bientôt disponible en beta version. J’essaierai d’en reparler prochainement.

Beau succès en tout cas pou ce Go Play One cru 2012

Et je ne vous ai pas dit le meilleur dans tout ça? L’entrée est gratuite. Oui, oui, nada quand ce genre d’évènement demande souvent de payer au moins 8€. Alors pour ceux qui sont dans la région toulonnaise, la Go Play One 2012 c’est jusqu’à ce soir 20h n’hésitez pas à en profiter! En tout cas, moi je serai certainement de la partie pour la prochaine édition!

Pages :«1234567...23»